Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Vœux pour la nouvelle année

Notre archevêque


            L’année 2020 s’inaugure en France sur fond de mouvements sociaux, en raison du projet de réforme des retraites mené par le gouvernement. Le premier vœu que je formulerai dans ce contexte difficile, c’est un vœu de paix pour notre pays en crise. Le chemin de l’apaisement se trouve probablement, une fois de plus, dans un dialogue renoué entre les protagonistes. A quoi bon de si longs délais ? En dépit des crispations de part et d’autre, il faut bien, tôt ou tard, revenir à la table des négociations. Je souhaite que l’on ne s’accorde pas seulement sur des solutions minimales pour une sortie de crise, mais que tout s’accomplisse pour répondre à l’exigence prioritaire d’une justice durable. Sans oublier, par conséquent, ceux qui sont en-dehors du circuit de l’emploi : personnes en situation de précarité ou de chômage, migrants et réfugiés.

            Je souhaite aussi que notre société trouve l’énergie nécessaire pour sortir d’un marasme bien plus ancien et plus profond que l’actuelle crise de la réforme des retraites, qu’elle reprenne confiance en elle pour aborder sereinement son avenir. Afin d’échapper à cette inquiétude fondamentale qui la ronge, les disciples de Jésus-Christ ont quelques ressources : ils sont habités d’une espérance qui leur donne d’anticiper une fin positive de l’histoire, sans se dispenser de la construire ! Ne nous laissons pas voler cette espérance (Evangelii gaudium, n° 86), et plus que jamais, partageons-la !

            L’année 2020 s’annonce pour le diocèse de Clermont comme une « année de la synodalité », lancée le 1er décembre dernier lors de l’assemblée diocésaine à l’église Sainte Jeanne d’Arc. Cette assemblée ne fut qu’un bref coup d’envoi. Je souhaite que l’on ne s’attarde pas trop sur le ressenti de l’événement, et que l’on avance maintenant, d’un pas résolu, sur le chemin qui s’ouvre devant nous.

            Il est temps de relancer les équipes déjà constituées l’an dernier autour des Actes des Apôtres, ou d’en créer de nouvelles. Toutes les communautés de notre diocèse, toutes les catégories de personnes sont concernées : paroisses, services, mouvements, associations, écoles, diacres, prêtres, laïcs, consacrés, de tous âges et de tous types d’apostolat. Les documents mis à disposition des fidèles ont été soigneusement préparés par l’équipe de pilotage. Les moyens de communication seront encore mobilisés afin qu’un maximum d’équipes soient appelées et aidées à se mettre en route. Toutes les équipes ne pourront tout faire. Marcher sur le même chemin, c’est notre projet commun, mais chacun à son rythme. Le plus important, c’est de suivre notre seul guide, Jésus-Christ ! Je souhaite de tout cœur que cette année soit sereine et constructive, et que le temps du « colloque » auquel elle aboutira les 15-16-17 octobre prochains, soit un temps d’échange fécond qui nous permettra de bâtir ensemble une Église toujours plus fidèle à l’Évangile, dans sa mission, sa sanctification et sa gouvernance.

            L’année 2020 sera-t-elle aussi, pour notre planète et notre humanité menacées, une année de l’écologie ? Que les discours soient alarmistes ou rassurants, il faut bien constater que quelque chose bouge dans notre monde : le climat, le rythme des saisons, les catastrophes qui se multiplient. Notre département, moins éprouvé que d’autres, n’a pas été épargné ces derniers mois. Quelque chose bouge aussi dans nos consciences, désormais bien éveillées aux enjeux d’une « sauvegarde de la maison commune ». Quelque chose bouge dans nos comportements, qui deviennent plus rationnels et plus solidaires. Malheureusement, il n’est pas certain que quelque chose bouge vraiment parmi les responsables mondiaux, dont certains nient l’évidence ou l’ignorent délibérément.

            Restant à l’écoute d’un Dieu créateur qui a confié à l’humanité sa création en gérance (Gn 2,15), nous devons être à la pointe de la réflexion, de la sensibilisation, de l’initiative. Dans leurs travaux de long terme, les évêques de France ont souhaité donner une priorité à l’écologie, en y associant d’autres fidèles, dans une démarche « synodale » dont la première étape s’est déroulée à l’assemblée de Lourdes en novembre 2019. Cette démarche sera poursuivie dans les prochaines années. Pour donner suite à ce début prometteur, une équipe se met en place dans notre diocèse afin de promouvoir l’écologie intégrale. Le projet de coopération avec le diocèse d’Antsiranana à Madagascar, entre autres, veut donner une forme concrète à cet engagement pour la planète et pour ses habitants. En développant les échanges entre un « Diocèse vert » et une « Église verte », je souhaite que nous puissions tous ensemble participer à la sauvegarde de notre maison commune.

            L’année 2020 sera encore l’année de la « visite ad limina », visite effectuée tous les cinq ans par les évêques au pape, afin de rendre compte de leur mission. Elle sera l’année du rassemblement « Terre d’espérance », qui marquera l’attention de notre Église aux atouts et aux épreuves spécifiques du monde rural. Elle sera l’année de beaucoup d’autres événements, prévus et imprévus. Que cette année soit tout cela ! Accueillons dans la confiance ce qui nous sera donné à vivre au cours de cette année, résolus à nous y impliquer avec le meilleur de nous-mêmes, pour qu’elle soit bonne, belle, et sainte ! Mes vœux et ma prière vous accompagnent.

+ François KALIST
Archevêque de Clermont


X