Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Témoignages de membres de la délégation diocésaine


La fraternité, un besoin et un défi aujourd’hui

Quelle merveilleuse surprise que de découvrir cette Eglise Malgache. Premier accueil, chaleureux, joyeux, festif, enthousiaste et dansé de l’ensemble du presbyterium rassemblé autour de leur évêque pour un mois de formation, de détente, de partage et de retraite. Un moment attendu par chaque prêtre comme essentiel et fondateur de leur vie de
prêtre. C’est une harmonie réelle qui se ressent. Tous, de l’évêque à quelques séminaristes de dernière année et quelques religieuses présentes, ils ont dansé et exprimé leur joie d’être là rassemblés.

Pourtant le diocèse est grand avec une seule route goudronnée mais le plus souvent défoncée, qui traverse le diocèse du nord au sud (350km de long). Il faut 4 à 5 jours pour rejoindre l’endroit le plus éloigné d’Antsiranana. Ils sont appelés à tous se retrouver 2 fois par an, quelques jours autour de la messe Chrismale en pleine saison des pluies où
la route est parfois tout simplement impraticable et 1 mois en juillet. Ce qui frappe le plus, c’est bien cette belle fraternité qui n’empêche pas les questions entre eux et les différences d’approche de chacun, mais on sent une cohérence jusque dans la liturgie entre la tradition locale, ses chants, ses danses entre la vie des prêtres et le peuple chrétien.

Quel contraste avec la France, où la fraternité, avec la liberté et l’égalité, fait partie de notre devise républicaine. Elle
est pourtant la valeur qui semble la plus contredite par la réalité. Notre société paraît peu fraternelle. Or, c’est à la fraternité que Dieu appelle tous les hommes.

L’Esprit saint ne désire-t-il pas des communautés plus profondément fraternelles pour être force de témoignage ? Dans le don de l’Esprit, le Christ ressuscité communique ce dynamisme de fraternité à ses disciples. Un des premiers fruits de la Pentecôte est justement la naissance de communautés fraternelles. Plus que jamais, le don de la fraternité doit travailler nos communautés des disciples du Christ comme un ferment, aider chacun à sortir de son individualisme, de son repliement sur ses intérêts personnels. Aujourd’hui seules des communautés fraternelles peuvent être missionnaires, faire signe, donner le goût de l’Evangile. Elles doivent être ces laboratoires de fraternité où prêtres, diacres et laïcs, nous apprenons à vivre en frères et sommes heureux de l’être. C’est bien le premier enseignement que je retiens de ces rencontres inoubliables.

François-Marie Maurin,
vicaire épiscopal pour la mission.

 

Ce voyage est avant tout une suite de belles rencontres avec : un pays, un diocèse, une communauté, des hommes et des femmes qui se sont retroussés les manches et qui ensemble ont l’espérance de faire évoluer les choses. Portés par un projet commun que chacun contribue à faire avancer, ils ne ménagent pas leurs efforts. Ils se sont donnés pour mission de nous convaincre de les aider pour aller plus loin, généraliser leur programme de développement, le rendre pérenne.

Beaucoup d’enthousiasme pour nous présenter ce projet « Diocèse vert » dont l’objectif est d’améliorer la protection et la gestion de l’environnement en collaboration étroite avec les communautés de base dans l’Archidiocèse d’Antsiranana.

En immersion pour dix jours seulement, nous voilà engagés dans une course contre la montre pour que paroisses, écoles et communautés nous montrent le travail accompli : les plantations, les actions de formation, l’engagement des associations de jeunes, des prêtres, des catéchistes, des écoles catholiques, des communautés religieuses qui amènent leur savoir-faire (forage de puits, maraîchage, biogaz pour économiser le charbon de bois, accueil des femmes, ouverture d’écoles…).

Comment ne pas se laisser convaincre par tant d’énergie, de passion, de volonté, d’espérance ?… Comment ne pas avoir envie de soutenir et participer à la mise en oeuvre de ce magnifique projet porté par tout un diocèse ?

Merci à tous les membres de la communauté du diocèse d’Antsiranana pour leur accueil chaleureux, leurs chants, leurs sourires, leur gaieté, leur gentillesse…

Chantal et Josiane

X