Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Sainte Catherine de Sienne, fêtée le 29 avril

Temps forts


Sainte Catherine
1347-1380

Religieuse dominicaine, conseillère et critique des papes,
son mysticisme lui apporta l’affection de son Italie natale.

Ste Catherine de SienneNée à Sienne, en Toscane, Catherine est la vingt-cinquième enfant du teinturier Giacomo Benincasa.
Cette belle jeune fille se consacre très tôt à la prière, à la pénitence et refuse fermement de se marier, malgré les supplications de ses parents.
Elle reçoit l’habit des tertiaires dominicaines à l’âge de seize ans, et continue néanmoins à vivre à la maison.
Catherine travaille parmi les pauvres de sa ville, elle a le don de convertir les pécheurs les plus endurcis. Elle s’occupe, dans un hôpital, des patients atteints de lèpre et de maladies graves. Sa vie sainte lui attire bientôt bon nombre de personnes, laïcs et clercs, Catherine devient une sorte de guide pour ceux que l’on nomme désormais les Caterinati.
Elle qui mène une vie pieuse, elle est gratifiée de nombreuses visions et reçoit les stigmates en 1375.

Sa foi est grande, sa piété est source de sa vie, et modèle de son existence. Elle que rien n’arrête, elle rentre rapidement en politique, et tente de négocier la paix entre Florence et le pape.
Elle qui se préoccupe surtout de l’unité et de la prospérité de l’Eglise, elle parvint à convaincre finalement le pape Grégoire XI de quitter Avignon pour Rome.
Conseillère des papes qui lui reconnaissent ses qualités, elle tente de réparer le grand schisme occidental en rassemblant l’Italie entière autour du pape Urbain VI.
Bien que simple et illettrée, elle dicte plusieurs ouvrages adressés au peuple, et laisse plus de cent lettres, ainsi qu’un Dialogue, qui est un des ouvrages mystiques les plus remarquables de tous les temps.
En 1380, le pape l’appelle à Rome. Après une attaque de paralysie le 21 avril, elle succombe huit jours plus tard. Ses contemporains ont bien compris que Catherine est un être d’exception, et, lorsque la nouvelle de sa mort se répand, le peuple proclame unanimement : « la sainte est morte » anticipant ainsi la canonisation officielle de l’Eglise qui intervient en 1461 sous le pontificat de Pie II. Son corps repose à Santa Maria Sopra Minerva à Rome, près de celui de Fra Angelico.
Elle est déclarée patronne de l’Italie en 1939 et docteur de l’Eglise en 1970.

Être « Docteur de l’Eglise »

Du latin docere, enseigner, signifie littéralement celui qui enseigne, ou mieux celui qui a qualité spéciale pour enseigner publiquement, et, de façon plus précise, celui qui a été promu au grade suprême d’une faculté.
On appelle « docteurs de l’Eglise » les écrivains ecclésiastiques qui, non seulement à cause de leur sainte vie et de leur parfaite orthodoxie, mais encore et surtout à cause de leur science considérable et de leur profonde érudition, ont été honorés de ce titre par une approbation solennelle de l’Eglise. L’Eglise catholique reconnait 36 docteurs (dont quatre femmes), les premiers docteurs de l’histoire de l’Eglise sont proclamés en 1295.

Deux citations tirées des écrits de sainte Catherine de Sienne :

« O flamme ardente et attirante, qui échauffe, et de nous éloigne toute la froideur du vice, du péché, du propre amour de nous-mêmes. Cette chaleur réchauffe et enflamme le bois sec de notre volonté. »

« La vie est un pont : traversez-la mais n’y faites pas votre demeure. »

Julien Louault


X