Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Toussaint : le 1er novembre, l’Eglise célèbre dans la joie la foule innombrable des saints de tous les siècles, connus et inconnus


Toussaint temps privilègié

« Comme un diamant aux mille facettes, la Toussaint présente le Seigneur sous de multiples visages : des hommes et des femmes, jeunes et vieux, sont des saints parce qu’ils ont reflété dans leur vie Jésus-Christ ressuscité. »

Extrait de Au fil des jours, ed A.Sigier, Québec, 2008

Les saints, témoins de l’Amour de Dieu

Les saints, ce sont toutes celles et ceux qui ont accepté de mettre leurs pas dans les pas du Christ, dans un élan de totale confiance, au jour le jour. Leur vie donnée est une vie de liberté : liberté de choisir l’ouverture aux autres plutôt que l’enferment sur soi, liberté de se laisser saisir par l’amour d’un Autre, liberté d’aimer, gratuitement, plutôt que de s’enfermer dans ses peurs… Liberté de répondre pleinement à l’amour de Dieu en vivant l’Evangile, c’est-à-dire en aimant à son tour.
Mais pour donner, il faut d’abord accepter de recevoir et ainsi accepter d’entrer en relation avec l’autre. Dans cette relation, le regard posé sur son prochain est signe d’Espérance pour les chrétiens : car à travers la rencontre de l’autre se joue la rencontre déterminante d’un Autre, un Dieu d’amour, de justice et de paix.

Les saints vivent intensément de la vision de Dieu et de son amour. Leur bonheur procède de Dieu dont chacun reproduit un de ses multiples visages, de manière unique. Et dans leur intercession, c’est donc bien Dieu lui-même que nous prions.

Dans la Bible :

Le texte des Béatitudes, qui est l’Evangile lu au cours de la messe de la Toussaint, nous dit à sa manière que la sainteté est accueil de la Parole de Dieu, fidélité et confiance en Dieu, justice, amour, pardon et paix.

Texte des Béatitudes (Matthieu 5, 1-12a)

Tous appelés à la sainteté
Témoins de l’amour de Dieu, ces hommes et ces femmes nous sont proches par leur cheminement, par leurs doutes, leurs questionnements : ils ne sont pas devenus saints du jour au lendemain ! La sainteté n’est pas une voie réservée à une élite, ou à des modèles de vertu : elle concerne tous ceux qui choisissent d’être disciples de Jésus-Christ.

Représentation des saints au paradis. Détail du Jugement dernier, de Fra Angelico, 1435

Espace spirituel jugmtdernier

De même, chacun de nous est-il invité au bonheur ici-bas, dans la communion des saints, et cela passe par le fait d’accueillir l’Amour en nous, qui est une Personne : « Aujourd’hui, il me faut demeurer chez toi » (Luc 19,5), annonce Jésus à Zachée. A travers chaque situation humaine, chacun peut être témoin de cette Bonne Nouvelle qu’est le Christ ressuscité, promesse de notre résurrection, chacun peut laisser agir en lui l’Esprit de Dieu : sur son lieu de travail, dans ses activités extérieures, au sein de sa famille, dans les relations amicales… Etre semence d’amour, jusque dans les gestes les plus simples de son quotidien,

laisser sa porte ouverte… Est-ce que nous désirons répondre à cet appel de Jésus, à ces Béatitudes, pour vivre sur ce chemin de bonheur ?

« La sainteté, c’est d’être un espace où la liberté respire ; la sainteté, c’est de conduire chacun à la découverte de cette aventure incroyable qui est la nôtre, chargé du destin de Dieu. » (Maurice Zundel)

 

Une prière

Saints humbles
« Ils ne font rien de particulier ou d’extraordinaire pour attirer les regards. Il faut être attentifs pour les découvrir. Quand ils sont là, il y a du respect dans l’air et de la tolérance et de l’amour et une autre tournure des esprits et des cœurs… Une autre lumière. Une joie et une espérance qui viennent de l’Evangile.

Toussaint fleur

Ils ne se cachent pas. Ils n’ont pas honte mais ils sont discrets car ils savent que les grandes moissons germent dans l’obscurité de la terre et que les grandes récoltes se préparent dans les profondeurs.
Ils sont présents, discrets et humbles, comme le levain. Ils font bouger le monde. Ils existent. Il suffit d’être attentifs et on les voit, nombreux, dans les lieux de chaque jour.
D’ailleurs, au milieu de la foule indifférente, tu es peut-être de ceux-là ?… »

Charles Singer [Prières glanées par Guy Gilbert, ed Fidélité, Namur-Paris, 2004]

Le 2 novembre : Jour de la fête des défunts :

Pour les chrétiens, la mort n’est pas un terme, elle est un « passage » de la vie terrestre à la vie éternelle. La célébration de ce jour permet d’exprimer avec force l’espérance chrétienne face à la réalité mystérieuse de la mort. Le simple geste d’honorer la tombe d’un défunt en déposant quelques fleurs peut être déjà un acte de foi : il dit la relation à l’autre qui continue au-delà de la mort du corps, il dit l’espérance en la Résurrection, en la victoire du Christ sur la mort.

« Retisser ce lien entre les vivants et les morts pour que personne ne se sente oublié – où qu’il soit -,

(François-Xavier Maigre)

Liens

X