Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Premier dimanche de l’Avent. D’annonce en annonce… avec Abraham (1)


Annonce avec Abraham

Méditation de la communauté des Religieuses Dominicaines du Puy pour le temps de l’Avent.

« D’annonce en annonce, accueillir Jésus, notre Sauveur.  » Ce premier dimanche de l’Avent, accueillons Dieu qui vient avec Abraham, l’un des ancêtres du Christ »…

Suivons Saint Ambroise de Milan dans sa méditation du passage du livre de la Genèse où « Dieu apparaît à Abraham au Chêne de Mambré »…

Abraham était assis devant la tente…

« Abraham était assis devant la porte, il était midi. D’autres se reposaient, mais lui guettait l’arrivée des hôtes. Dieu lui apparut donc au Chêne de Mambré, tellement il désirait le fruit de l’hospitalité. Il leva les yeux et voici que trois hommes se tenaient debout à coté de lui. A leur vue, il courut à leur rencontre (Gn 18,2). Vois d’abord le Mystère de la foi : Dieu lui est apparu et il a vu trois personnes. Celui à qui Dieu manifeste sa splendeur voit la Trinité, il ne reçoit pas le Père sans le Fils, il ne professe pas le Fils sans l’Esprit Saint. »

Abraham courut à leur rencontre…

Peinture 3 homme sur fons rouge ocre

Peinture de Macha Chmakoff

Abraham est assis hors de la tente, hors de lui-même, hors de ses préoccupations et c’est pour cela que Dieu peut le visiter.

En ces temps d’attente, asseyons-nous hors de notre tente, de nos préoccupations et accueillons l’annonce qui nous est réservée à nous aujourd’hui.

« Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entends ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi » (Ap 3,20), lisons-nous dans le livre de l’Apocalypse.

 

Abraham s’empresse…

« Celui qui scrute l’horizon, ne reste pas assis à ne rien faire : non content d’avoir regardé, il court à la rencontre des arrivants. Il se précipite car bien agir ne suffit pas, encore faut-il être rapide. La loi prescrit de manger la pâque à la hâte (Ex 12,11). Le dévouement empressé produit des fruits plus abondants. Apprends donc ceci : tu dois être rapide pour pouvoir devancer ton hôte et éviter de te faire devancer et priver du bienfait d’une bonne action. L’hospitalité est bonne, elle mérite salaire : la reconnaissance des hommes et, ce qui est le plus important, la récompense de Dieu. Nous sommes tous des hôtes de passages ici-bas ; nous exerçons l’hospitalité pour le temps où nous y habitons : rapidement nous partons ailleurs. Ton hôte ne te demande pas des richesses mais un geste, ni un repas d’apparat mais la nourriture ordinaire : Mieux vaut un plat de légumes avec de l’affection qu’un veau gras assaisonné de haine (Pr 15,17). Voilà ce qui est agréable aux hommes et agréé par Dieu. Le Seigneur Jésus affirme dans l’Evangile (Mt 10,42) que celui aura donné à un hôte un verre d’eau fraîche sera récompensé au ciel ».

A l’exemple d’Abraham, gardons au cœur une attente active, tout au long de cet Avent. L’Amour bondit quand l’évènement survient dans le temps du cœur.

Repose-toi sous cet arbre…

Abraham gn 18 peinture
X