Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

L’église fête le Christ Roi de l’univers !


espace spirituel dimanche 21 novembre l'église fete le Christ Roi de l'univers

La fête du Christ Roi clôture l’année liturgique. Célébrée le trente-quatrième et dernier dimanche ordinaire avant le temps de l’Avent, elle révèle le « paradoxe » de la foi chrétienne.
Lorsqu’on parle du Christ Roi de l’univers, quelle victoire évoque-t-on ? Sur quel royaume Jésus règne-t-il ? Sur quel trône exerce-t-il son pouvoir ?…

Le Christ Roi est avant tout le Christ serviteur, celui qui donne tout, jusqu’à sa vie sur le bois de la croix, pour qu’advienne pour tous un royaume de justice et de paix. Et en fêtant le Christ Roi, l’Eglise proclame que tout l’univers a été créé à l’image du Christ, le Fils unique du Père, que tout est transformé dans sa mort et sa résurrection, et que nous sommes tous destinés à le rejoindre dans son Royaume…

Christ roi bon larron

Déconcertante liturgie qui nous fait lire cette année, pour la fête du Christ Roi, dans l’Evangile de Luc, la « béatification » du bon larron. Ah oui, le passage est bien choisi ! Quel trône ! quelle pourpre royale ! quelle majesté glorieuse du Crucifié pendu à la croix !
Il faut un marginal, un subversif, peut-être un peu anarchiste, comme ce bandit, voleur sans doute et criminel aux yeux de la société, mais conscient de ce qu’il a été, pour interpeller Jésus sur son Règne.
Est-ce pour cela qu’il a compris que le Royaume de ce Roi n’était pas de ce monde et qu’il ne se trompe pas sur le sens à donner aux mots que nous utilisons trop facilement et qui nous trompent, nous, souvent ?…

Lorsque Pilate qui cherche un bon motif d’accusation, conclut : « Tu es donc roi ? », Jésus lui répond : « C’est toi qui emploies ce mot », en lui donnant le sens que tout le monde lui donne dans les sociétés humaines, avec tout l’accompagnement qu’il comporte dans toutes les nations. Jésus ne l’a jamais revendiqué pour lui. Lorsqu’il entre à Jérusalem, ce n’est pas avec l’apparat du roi guerrier, victorieux, triomphant. Il vient à son peuple « sur un ânon, le petit d’une ânesse ». Quand il annonce le Royaume de Dieu, c’est pour le promettre aux pauvres de cœur, aux pacifiques, aux affamés de justice, aux cœurs purs, aux persécutés pour la justice. Il se retrouve bien dans tous ceux qui ont faim ou soif, qui sont malades ou étrangers et que l’on accueille ou que l’on sert, « tous ces petits qui sont ses frères » et les nôtres. Car c’est en eux que nous le trouvons et que nous le servons.

Christ Roi et St Martin recadre
espace spirituel 2010 Christ roi , christ en gloire

Pas plus qu’aux jours de sa vie terrestre, Jésus ne revendique aujourd’hui une royauté selon nos mœurs, dominatrice et satisfaite. Mais il continue d’annoncer et de nous ouvrir le Royaume de Dieu, si nous consentons à changer notre regard et notre cœur pour convenir, avec le bon larron, que nous méritons bien le monde de travers que nous construisons à notre manière.
Si la foi nous fait crier vers lui notre espoir que vienne son Règne de justice et de paix par l’amour qu’il nous fait vivre.

P. Michel Godé,
prêtre de la paroisse Sainte-Anne de Montjuzet
21 nov 2010

X