Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Lecture de l’Evangile selon Saint Luc


Réunis pour lire l’évangile selon Saint Luc, des personnes assez loin de l’Eglise, ont été étonnées du silence des 30 années à Nazareth !….

 

En équipe, en relisant l’Evangile selon Saint Luc, nous n’avons pu empêcher les questions de surgir, ayant invité des personnes qui pour certaines (non croyantes) n’avaient jamais lu entièrement un évangile. Elles voulaient des explications, ce qui semblait leur poser un grand problème, c’est l’utilité de la vie à Nazareth, 30 ans, à ne rien faire, dans le silence, tout de suite après l’épisode sur Jésus au temple à 12 ans ?

Silence sur la vie de Jésus, de Marie et Joseph ? L’évangile ne nous en dit rien ! Pourquoi trente ans de vie cachée ? Dans le silence de cette petite ville, qui ne faisait pas parler d’elle puisque beaucoup demandèrent : « Que peut–il sortir de bon de Nazareth ?

Nazareth est devenu symboliquement le lieu et le temps ou l’être humain peut grandir en humanité et sainteté. Avec Nazareth nous découvrons un nouveau visage de Dieu, une nouvelle forme de sa présence au cœur du monde. Nous ne pourrons jamais, nous chrétiens, séparer Nazareth du mystère de la croix et de la Résurrection. (Charles de Foucauld a compris que l’abaissement que Jésus avait subi dans ces lieux, c’est à Nazareth qu’il l’avait vécu le plus longtemps).

Ce siècle a sans doute traduit plus qu’aucun autre ce sentiment de l’absence de Dieu dans notre monde. Au moment ou certains parlent du silence de Dieu et même de sa mort, d’autres ont évoqué par toute leur vie la présence de Dieu à Nazareth pour nous rejoindre.

Quand Dieu choisit de venir dans notre monde, il s’invite là, où l’être humain est le plus lui-même, à savoir sa maison. Ouvrir sa porte à quelqu’un c’est le faire entrer dans son intimité. Dans le texte de l’Annonciation Luc nous dit que l’ange Gabriel, l’envoyé de Dieu « entra chez elle », c’est-à-dire auprès d’elle. Quand Dieu s’invite chez nous, Il ne veut pas rester à la porte, la maison signifie le lieu de l’intériorité, le lieu où l’on peut se recueillir et accueillir ( le philosophe Emmanuel Lévinas nous dit : « l’être humain va au dehors à partir d’une intimité et non l’inverse, il en est ainsi de l’enfant qui s’éveille à la vie » Lévinas écrit encore « le rôle privilégié de la maison ne consiste pas à être la fin de l’activité humaine, mais à en être la condition et dans ce sens le commencement. Se recueillir ne veut pas dire se replier sur soi, mais accueillir la sève de la vie… »

Nazareth : lieu de l’écoute, de l’accueil :

Dieu frappe à la porte de l’humanité depuis des siècles…certains l’ont accueilli, les prophètes…Et surtout Marie qui a laissé Dieu s’inviter chez elle.

Accueillir : la vie humaine commence par un accueil, ce qui est vrai de la vie l’est aussi au niveau de la foi : accueillir cette alliance que Dieu a voulu avec nous ! Destinée à tous.

Aujourd’hui on parle d’écoute de dialogue : nous grandissons aussi à la mesure de l’écoute et du dialogue que nous avons vécus dans notre enfance, l’être humain est relation, il est aussi communication, il est Parole.

Nazareth de Jésus : « les hommes ressemblent souvent à la terre qui, les a vus naître  » dit le prophète. Et si Dieu nous révélait lui aussi une part de son identité en contemplant les lieux qui l’ont vu naître et grandir ? Il a choisi de se manifester au cœur de l’histoire. Pour un chrétien, le temps est le lieu de la révélation de Dieu. Ce que Dieu à voulu vivre à Nazareth il nous invite à le vivre dans notre propre vie, dans notre propre histoire, mais pour découvrir cela il faut que Dieu vienne vivre dans le temps des hommes.

A Nazareth jésus nous montre qu’Il devient un être consentant (consentir = sentir avec) Il sent avec le Père l’humble réalité de notre humanité. Il nous fait comprendre que l’obéissance peut devenir liberté, c’est dans cette obéissance qu’Il devient Fils du Père. Obéissance responsable et non servile, il est aussi difficile d’obéir librement que de commander humblement.

Nazareth lieu de fraternité : expérience de la vie ordinaire, monotone à laquelle Jésus s’astreint, une vie avec l’entourage le voisinage. Le temps où Jésus devient frère. Il est important de rappeler que c’est le lieu ou Jésus devient le Fils du Père et le frère des hommes (pour ses contemporains aussi, cette expérience reste incompréhensible (Jean 7,41)

Jésus n’a pas vécu en ermite à Nazareth « Jésus grandissait en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes  » Jésus a partagé la vie d’un village. Nazareth : lieu de la transparence, il nous révèle que l’être humain est un être de relation, c’est à travers cette relation qu’il s’humanise, qu’il grandit. Ces relations toutes simples contiennent une dimension de communion fraternité que nous ne soupçonnons pas. Jésus a choisi de devenir frère en sachant que ses frères et sœurs on ne les choisit pas, de même que ses parents. Vivre sous le regard des autres c’est aussi se mettre sous leur protection, c’est une attitude de foi et d’humilité.

Nazareth lieu de silence, lieu de présence – Silence de Dieu = force intérieure, mais il n’y a pas de silence sans un minimum de retrait et de silence :

 » Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit « 

(Ai repris des notes, données lors d’une récollection MCR sur Saint Luc lors du carême 2003)

Denise P.

X