Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

L’Avent au fil des textes de la liturgie : 2ème dimanche année A (2)


espace spirituel bougie dans un cercle bordeau

De la vigilance à la connaissance de Dieu

En ce deuxième dimanche de l’Avent, nous voici à nouveau en compagnie du Prophète Isaïe (Is 11, 1-10).
Il nous offre un poème dressant le profil de l’Emmanuel (ce qui signifie « Dieu avec nous »). Celui qui doit venir… Celui que nous fêtons à Noël.
A à la fin du texte, nous trouvons une clé de lecture à cet incroyable conte d’un bouleversement planétaire qui nous est décrit (« le loup habite avec l’agneau », « justice, loyauté, sentence équitable règnent »)… Quelle est donc cette clé ? « Le pays est rempli de la connaissance de Yahvé », une connaissance pleine, « comme les eaux comblent la mer ».

Qui peut prétendre connaître Dieu dans une connaissance qui le comblerait ?
Est-ce là la quête de notre foi ? Un retour sur notre existence et sur ce qui la fonde ?
Oui sûrement.
En fait l’inaccessible vient à nous.
C’est lui qui se donne à travers notre condition humaine qu’il épouse et transfigure…

 

Espace spirituel ugolino di nerio

Le Psaume 72 vient en écho au texte d’Isaïe : magnifique chant à lire et relire en entier.

O Dieu, donne au roi ton jugement,
au fils de roi ta justice,
Qu’il rende à ton peuple sentence juste,
jugement à tes petits
Les rois de Saba et de Seba
feront offrande ;
tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les païens le serviront

Annonce de l’enfant qui vient dans la fragilité de la crèche…
Messie annoncé mais immédiatement suspecté d’être un rival par l’occupant Romain…
Reconnu par les mages qui se garderont bien de dénoncer sa naissance à Hérode…
Messie d’un autre Royaume que le royaume terrestre, et pourtant Lumière des Nations.

Dans l’ Epitre aux Romains qui nous est proposée, comme la semaine dernière, au chapitre 15, 4-9, Saint Paul écrit que la fréquentation des Ecritures est « pour notre instruction » et qu’elle fonde notre espérance. Autrement dit, cette fréquentation de la Parole est ce qui nous faire tenir dans l’espérance d’une autre vie : celle du partage et de la connaissance de la vie même de Dieu.

En lisant ce que dit Saint Paul, on ne peut s’empêcher de penser au fossé à combler qui sépare cette proposition d’une autre lecture que nous pourrions ainsi faire de la réalité quotidienne que nous nous « coltinons » avec nos contemporains.
Quelle croyance fait tenir l’homme debout, quelle passion, quel combat ?
Qu’est-ce qui le « possède » et l’ anime ?
Est-ce un travail d’accès à la connaissance de Dieu qui lui ferait lire autrement son existence ?
… occasionnellement, éventuellement, pas du tout…
Ou bien le quotidien serait-il tout autre chose : une « autre » chose, une « autre » histoire… ? Pas si sûr !

« Soyez accueillants les uns pour les autres, comme le Christ le fut pour vous à la gloire de Dieu » : un fossé à franchir ! un vrai fossé…

 

Avec l’arrivée de Jean Baptiste, dans l’Evangile de Saint Mathieu (3, 1-12), la boucle est bouclée.
Ce qu’il dit est dur à entendre ! Moi, dit Jean, je ne suis que le précurseur du retour sur soi mais… « Celui qui vient après moi vous baptisera dans l’Esprit et le feu »… Il va « nettoyer son aire, il recueillera le blé dans son grenier »… le reste partira en fumée !

champs épi de blé

Voilà donc le programme pour ce temps de l’Avent : trier en nous le grain pur, le vrai froment, en accueillant la Parole qui s’est faite chair, celle du Christ qui nous la donne.
Une vigilance de chaque instant. Une espérance à nourrir, un fossé à combler…

M.B.

X