Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

La Logique de l’Evangile est celle de l’inclusion


La logique de l'évangile

Commission sociale des évêques de France :
 » Repères dans une économie mondialisée »
Ed : Bayard/cerf/Fleurus-Mame  ( 2ème semestre 2005 )

( extraits )

« Les difficultés à relever le défi d’un travail pour tous, nous appellent à un devoir d’imagination et de créativité pour inventer des nouvelles formes de formation, d’insertion professionnelle et de participation au développement du monde. La logique de l’Evangile est toujours celle de l’inclusion, y compris celle des moins performants, de ceux qui souffrent d’un handicap ou de l’étranger.
Relever ce défi est d’autant plus exigeant que depuis des décennies notre société promeut l’indépendance de chacun et, comme en corollaire, renforce l’individualisme, à commencer par l’individualisme de ceux qui ont la chance d’être intégrés dans la vie professionnelle. Suscitée par les ambitions et les rivalités incessantes entre individus, aussi bien que par les méthodes de direction provoquant le stress, la violence a gagné les relations et les conditions de travail au sein de l’entreprise ; elle affecte même parfois la santé physique et psychique des salariés. »

« Le développement économique doit rester sous le contrôle de l’homme, et il ne doit pas être abandonné à la discrétion d’un petit nombre d’hommes ou de groupes jouissant d’une trop grande puissance économique, ni à celle de la communauté politique ou à celle de quelques nations puissantes. Il convient au contraire que le plus grand nombre possible d’hommes, à tous les niveaux, et au plan international l’ensemble des nations, puisse prendre une part active à son orientation. Il faut même que les initiatives spontanées des individus et leurs libres associations soient coordonnées avec l’action des pouvoirs publics, et qu’elles soient ajustées et harmonisées avec elles. Le développement ne peut être laissé ni au seul jeu quasi automatique des l’activité économique des individus, ni à l’autorité publique. »

« Les travailleurs doivent avoir la possibilité de développer leurs qualités et leur personnalité dans l’exercice même de leur travail. »

« …il est injuste et inhumain d’organiser et d’ordonner l’activité économique au détriment de quelque travailleur que ce soit. »

En italiques :
Vatican II, Constitution pastorale Gaudium et Spes – n° 65/ 67,3
Encyclique Centesimus annus de Jean Paul II – n°34

Commission Sociale des évêques de France : 8 rue Jean Bart 75006 Paris

2005

X