Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

« Il est monté au ciel, Il est assis à la droite du Père » : méditer le mystère de l’Ascension avec les sœurs Clarisses


Le mystère de l'ascension

La fête de l’Ascension nous invite à croire, de toute la force de notre foi, que dès maintenant, l’humanité entière et même toute la création ont passé en Dieu, sont en Dieu, dans le Christ assis à la droite du Père en son corps glorieux…

La fête de l’Ascension est pour nous difficile à appréhender.
Nous nous demandons comment nous pouvons être concernés par un événement qui nous enlève « au ciel » Celui qui par sa résurrection était déjà devenu bien insaisissable à notre expérience d’hommes ; nous ne sommes pas loin de partager le désarroi des apôtres fixant le Ciel où Jésus disparaît dans les nuées.

L’étonnement augmente encore lorsque nous prenons conscience que les textes scripturaires évoquant le départ du Christ sont inconciliables : pour les Actes des Apôtres, l’Ascension a lieu quarante jours après Pâques (Actes 1, 6-11), mais pour l’Evangile de Luc – donc pour le même auteur – elle a lieu très peu de temps après la Résurrection (Luc 24, 50-53). En sa place, Matthieu parle d’un envoi en mission (Mt 28, 16-20) ; quant à Jean, il n’en souffle mot. Qu’est-ce à dire ?

Ascension jesus christ

Pourtant, nous proclamons chaque dimanche dans le Credo :
« Il est monté au ciel, Il est assis à la droite du Père »…
Il ne s’agit donc pas de quelque chose d’anodin !

 

Il nous faut comprendre que nous sommes dans le registre des images symboliques, les seules aptes à pouvoir nous faire pénétrer un tant soit peu dans le mystère de l’accomplissement de la mission du Seigneur Jésus.
Les récits du Nouveau Testament n’ont pas l’intention de faire de l’Histoire au sens où nous l’entendons aujourd’hui : en nous montrant le Christ, en son corps, s’élever au ciel, ils veulent nous signifier qu’Il retourne au Père, en son humanité glorifiée.
Il va de la terre au ciel, du monde visible au monde invisible, mais avec son corps ressuscité, ce corps qui est de même nature que le nôtre, et donc, nous sommes tous concernés par cet événement.

Puisque par le baptême

  • nous ne faisons qu’un avec Lui,
  • nous savons que nous sommes, avec lui, passés de la mort à la vie,
  • que notre vie, avec Lui, est cachée en Dieu,
  • que nous sommes déjà, avec Lui, en espérance, assis à la droite du Père, dans le sein du Père.
Ascension giotto

Nous savons aussi, par ce mystère de l’Ascension du Christ en son corps, auprès du Père, qu’Il a rétabli à jamais la relation de l’humanité et même de toute la création avec Dieu.
Mais, si « notre tête est dans le Ciel », nous sommes encore sur terre ! Comme pour Adam et Eve, à la première Création, cette terre nous est donnée pour que nous la travaillions et qu’advienne le Royaume.
Pour se faire, l’Evangile de Luc nous transmet la promesse du Christ : la venue de l’Esprit Saint dans lequel nous sommes baptisés et qui est pour nous « une force », une force qui fait de nous des témoins (Luc 24, 49).

A bon droit, nous pouvons nous émerveiller de cette incomparable unité du dessein de Dieu :
Par la puissance de l’Esprit reposant sur Marie, le Verbe s’était fait chair.
Animé par l’Esprit, Jésus avait accompli sa mission de Sauveur obéissant jusqu’à la mort de la Croix.
Ressuscité, glorifié, de retour auprès du Père, Il nous remet son Souffle pour que nous poursuivions son œuvre jusqu’aux extrémités de la terre, ce souffle qui est l’Amour unissant le Père et le Fils.
Nous sommes donc entraînés dans la mission d’évangélisation par ce même Souffle qui nous garde, d’un même mouvement, dans la communion trinitaire.

Là est notre joie : configurés au Christ, animés par son Esprit, nous sommes « de la famille de Dieu ».
Comme Il nous l’avait promis, Jésus « ne nous a pas laissés orphelins ! » (Jean 14, 18).

La fête de l’Ascension nous invite à croire, de toute la force de notre foi, que dès maintenant, l’humanité entière et même toute la création ont passé en Dieu, sont en Dieu, dans le Christ assis à la droite du Père en son corps glorieux.

Les sœurs Clarisses de Chamalières

X