Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Plan d’intervention


CDVR Clermont Ferrand                                                                                15 septembre 2018

 

Introduction

« A vin nouveau, outres neuves » document de la CIVCSVA, Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, 6 Janvier 2017, présenté par le Cardinal Braz de Aviz)

  • éclairer le discernement des consacrés face aux défis et aux appels de leur temps
  • encourager à emprunter de nouveaux chemins plus adaptés au contexte,
  • « avec détermination et clairvoyance ».

Le cardinal Braz de Aviz invite les congrégations à un discernement.

  1. « A vin nouveau, outres neuves » (Mc 2,22)

document : titre « sur la vie consacrée » et sous titres : A vin nouveau, outres neuves, depuis le Concile Vatican II la vie consacrée et les défis encore à relever – Directives.

A. « À vin nouveau, outres neuves. » (n°1-3)

a. Se laisser toucher par la Parole

  • Le vin nouveau, c’est la nouveauté prophétique de l’annonce joyeuse de l’Evangile
  • Les vieilles outres, ce sont les schémas religieux incapables de s’ouvrir à de nouvelles promesses.

b. Gagner en élasticité (n°2)

Les formes institutionnelles ont toujours besoin de gagner en élasticité pour supporter les tensions de la vie et répondre aux appels de l’histoire.

B. Le renouveau postconciliaire (n°4-6)

Reconnaitre le dynamisme impulsé par Vatican II (n°4 à 6)

Vita consecrata en 1996. «  La vie consacrée est une annonce de ce que le Père accomplit par le Fils, dans l’Esprit, par son amour, sa bonté, sa beauté… Ainsi la vie consacrée devient-elle l’une des traces perceptibles laissées par la Trinité dans l’histoire, pour que les hommes puissent connaître la fascination et la nostalgie de la beauté divine. » (VC n°20)

C. Les nouveaux chemins interpellent (n°7)

L’intervention des Etats

Des changements rapides et importants dans la société : la vie consacrée est exposée aux défis continuels des ajustements.

La vie consacrée est exposée aux défis continuels des ajustements.

« Il s’agit de dresser un bilan sur la qualité du vin nouveau et du bon vin et non pas de nous culpabiliser ou d’accuser. Ce vin, dont nous sommes les gardiens amoureux, nous sommes appelés à le verser à la grande joie de tous et, de manière toute particulière, des plus pauvres et des plus petits. Nous ne devons pas avoir peur de reconnaître honnêtement combien, malgré toute une série de changements, le vieux schéma institutionnel a du mal à céder le pas résolument aux nouveaux modèles. » (n°9)

II. «  Les défis encore ouverts »

Accueillir les changements

III. Préparer des outres neuves

           « Scrutez les horizons de votre vie et du moment actuel en veille vigilante ».

Lettre apostolique à tous les consacrés 21/11/2014 – ouverture de l’année de la vie consacrée.

A. 2 attitudes fondamentales de la vie religieuse

a) L’humilité 

b) L’intériorité 

Temps d’incertitudes pour la société comme pour nos instituts

Jean-Claude Guy écrivait : « un institut religieux ne peut se reposer sur sa vitalité ou ses réalisations passées, mais il doit vivre en état permanent de vocation, c’est à dire d’incertitude et de disponibilité face à son avenir, l’avenir d’une vocation qu’il n’a jamais fini d’accueillir parce qu’il n’a jamais fini d’y répondre ».

B. Un point de vigilance: la cohérence

La vie consacrée doit être repensée « dans la continuité créatrice comme mémoire évangélique d’un état permanent de conversion d’où jaillissent des intuitions et des choix concrets ». (n°13)

C. A quelle mission est appelée la vie religieuse aujourd’hui ?

a) Une mission avec un autre visage

– Une mission de présence 

– Là où l’amour de Dieu presse (Le Christ du cœur du monde appelle)

– Avec des compétences :

– La compétence fraternelle
– Une compétence spirituelle 

b) Une mission dans une société et une église en mutation

– des liens qui se resserrent entre instituts et formes de la vie religieuse

– des déplacements d’équilibre

« Le but de la vie consacrée ne sera pas de se maintenir comme un état permanent dans les différentes cultures qu’elle rencontrera mais de maintenir de façon permanente la conversion évangélique au cœur de la construction progressive d’une réalité humaine inter culturelle » (n°20)

– un « pas sans d’autres » vécu au cœur de l’Eglise.

– avec le sens et le souci de l’humain.

Conclusion

X