Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Statuts du Conseil pastoral de la Paroisse

Notre archevêque


  1. But

Le Conseil pastoral de la Paroisse (CPP) est au service de la mission de l’Église. Il est un conseil pour le curé et pour l’Équipe d’Animation Paroissiale (EAP) en charge de la paroisse. Son rôle de conseil s’exerce au niveau des orientations à choisir et à vérifier dans la ligne du projet pastoral diocésain, pour que, dans la paroisse concernée, soit vécue au mieux la mission de l’Église. Il doit donc :

  • Porter un regard sur les réalités humaines du territoire, à partir des contacts au quotidien de ses différents membres
  • Faire des propositions pour permettre à l’EAP de répondre au mieux aux attentes de tous : paroissiens et non paroissiens
  • Permettre à la paroisse de s’ouvrir encore plus sur le monde, en veillant à servir tant le pôle « disciple » que le pôle « missionnaire »

Le Conseil pastoral est consultatif. Il est convoqué et présidé par le curé de la paroisse.

 

 

  1. Composition

Les membres du Conseil pastoral sont choisis de manière à configurer cette partie du Peuple de Dieu que constitue la paroisse. Les membres du Conseil pastoral ne sont pas là pour « représenter » (au sens politique de députés, de délégués, d’élus) les autres fidèles, mais bien pour être « l’image » de ce Peuple de Dieu en raison des diverses communautés de la paroisse, des conditions sociales et professionnelles et des différents types d’apostolat. Cela signifie aussi qu’ils doivent refléter les diverses vocations de baptisés.

 

Pour obtenir une « image » aussi conforme que possible et souligner la dimension d’appel, l’élection des membres du Conseil pastoral n’est pas souhaitable, tout au moins dans un premier temps. Le choix est fait, après une large consultation, par ceux qui ont la responsabilité de la charge pastorale. Ils veilleront à ne pas multiplier le nombre des participants sous peine d’avoir une assemblée trop lourde pour un travail efficace.

 

Le Conseil pastoral comprendra :

 

  • Le curé

La communauté ecclésiale n’est assimilable ni à une société civile, ni à une association. Elle est une communauté donnée par Dieu et non pas constituée par l’adhésion et la simple volonté de ses membres. Le ministère ordonné est le garant de cette originalité d’une communauté ecclésiale dont la vie se reçoit d’un Autre, Église rassemblée à la convocation de Dieu. Le curé se situe donc au sein du Conseil pastoral dans sa mission de Pasteur. Sans diriger obligatoirement les débats, il porte, dans le Conseil, d’une manière qui lui est propre :

– le souci de la communion,
– le souci d’une ouverture au sens missionnaire de l’Église

  • Un membre de l’EAP, autre que le curé, participera habituellement au Conseil pastoral de la Paroisse.

 

  • Les diacres

Si des diacres résident dans la paroisse, ils délèguent l’un d’entre eux au Conseil pastoral. Ils y porteront particulièrement le souci des plus pauvres et de ceux qui sont encore au seuil de la communauté rassemblée.

 

  • Les religieux et religieuses

Ils ou elles sont témoins de l’Évangile, dans leur état de vie et selon le charisme propre de leur congrégation implantée dans la paroisse. Leurs représentants viennent au nom de leur vocation et de leur consécration au service du Christ, en particulier dans l’attention aux plus pauvres. La dimension communautaire de leur vocation est un témoignage important pour la vie de la paroisse.

 

  • Les laïcs

Les laïcs doivent être majoritaires dans le Conseil pastoral.

Le critère premier pour la désignation des laïcs est celui de la conscience de participer à la mission de l’Église. Seront choisis de préférence les laïcs qui, par leur double engagement au sein des situations humaines et au sein des organismes d’Église, ont une conscience plus vive des besoins du monde à faire retentir dans l’Église et des efforts que l’Église doit accomplir au service du monde.

 

Un Conseil pastoral devrait comprendre :

– Des laïcs qui soient réellement présents et actifs dans le monde et attentifs aux situations collectives des hommes.

– Des laïcs soucieux :

– des différents aspects de la mission de l’Église (catéchèse, action catholique et autres mouvements, vie liturgique et sacramentelle, œuvres caritatives, éducatives, etc.)

– de la proximité avec toutes les réalités du terrain

            On ne cherchera pas la présence systématique de chacun des mouvements ou services existant dans la paroisse : les laïcs sont au Conseil pastoral au titre de la réalité humaine dans laquelle ils vivent, en sachant qu’ils sont insérés dans un mouvement ou une communauté d’Église.

– Des laïcs des différents sexes et âges. Pour les jeunes et les enfants, il serait illusoire de penser que leur participation est assurée lorsqu’ils sont représentés par un ou deux d’entre eux. Mais ils pourront occasionnellement venir en groupe pour apporter au Conseil des réflexions et les questions qui les intéressent.

– D’autres personnes peuvent être invitées à participer occasionnellement au Conseil, selon les besoins.

 

  • Périodicité, fonctionnement, renouvellement

Le Conseil fixe lui-même son rythme de rencontres, normalement trois fois par an.

Le Conseil se donne un bureau animateur pour que le fonctionnement ne repose pas sur le seul curé. Celui-ci préside le Conseil et fait, de droit, partie du bureau.

Chaque membre du Conseil peut proposer au bureau des questions à mettre à l’ordre du jour. Le bureau est juge de l’opportunité de ces questions.

Le bureau envoie assez tôt aux membres du Conseil l’ordre du jour de la réunion prévue. Outre le temps de prière commune, cet ordre du jour se répartit normalement selon quatre axes :

  • Approfondissement à partir des événements et des situations qui marquent l’ensemble de la population
  • Consultation au sujet des besoins pastoraux de la paroisse sur le plan apostolique, sacramentel, catéchétique, etc.
  • Vérification des orientations prises
  • Nouvelles orientations proposées à l’EAP

Le Conseil et l’EAP se tiendront régulièrement informés de leurs travaux.

Un vote peut être proposé au Conseil si le président le juge utile.

La majorité absolue est requise au premier tour, la majorité relative aux suivants. Le vote, qui peut avoir lieu à main levée, se fera à bulletin secret si un des membres le demande. Il est important de rechercher le consensus le plus large possible.

Le Conseil est constitué pour une durée de six ans.

Il se renouvelle par moitié tous les trois ans.

Les présents statuts sont promulgués ad experimentum pour trois ans et feront l’objet d’une évaluation à cette échéance.

 

                                                                          Fait à Clermont-Ferrand, le 1er juin 2021

 

Signatures

 

 

 

 

 


X