Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

La retraite : un nouvel avenir

MCR


La retraite : un nouvel avenirUne adhérente témoigne

Chaque mois nous nous réunissons en équipe et régulièrement nous participons à des rencontres organisées par le mouvement. Nous échangeons, nous nous écoutons, nous confrontons nos idées à la lumière de l’Evangile, nous célébrons, nous prions. Nous créons un lien social et nous nous enrichissons. Le MCR nous fortifie et notre vie est davantage imprégnée de fraternité, de solidarité, d’ouverture…

Dans un monde à évolution rapide, les sujets sociétaux posent à notre conscience, de graves questions, qui sont source de réflexion et parfois de solidarité : retraite, dignité humaine, fin de vie, familles, grande pauvreté sont naturellement des domaines pour lesquels nous sommes conduits à faire connaître notre avis nourri du discernement évangélique.

Toutes ces réunions sont alimentées par un thème d’année et sont soutenues par un livret. Voici celui de l’année 2020-2021

La santé… à notre âge : quel défi ! Tel est le thème d’année du Mouvement Chrétien des Retraités pour 2020. Le livret qui accompagnera les équipes dans leur recherche se divise en trois chapitres : Dieu prend corps, Dieu prend soin, Dieu accompagne. Ils se divisent eux-mêmes en 2 parties. La première, destinée à cerner le sujet et la seconde un approfondissement spirituel, à l’aide de textes bibliques.

Dieu prend corps. Le corps qui, au cours des siècles précédents a été l’objet de mépris est plutôt actuellement objet d’adulation et inspire les publicitaires. Se garder en forme est un slogan fréquent mais pour nous, retraités, il peut être beaucoup plus. Manger-bouger sont les bases et cela va jusqu’aux loisirs : méditation, voyages, culture générale etc.  La condition physique étant en interaction avec le mental et même la vie spirituelle, comment nous situons-nous personnellement dans ce cadre ?

Et le Verbe s’est fait chair. Depuis la Genèse où Dieu prend soin de l’homme et même lorsque celui-ci détruit cette relation et détruit sa santé, Dieu continue à prendre soin de l’homme (Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, etc.) jusqu’à venir lui-même sur terre prendre chair. C’est le récit de l’Annonciation, Noël…

Dieu prend soin : il englobe toute la personne, corps, cœur et esprit car tout est lié. Les nombreuses guérisons nous montrent Dieu prenant soin des personnes. Et il donne même un « modèle » avec le Bon Samaritain pour sauver, secourir, accompagner le rétablissement. Une réflexion sur notre système de santé français et notre façon de s’en servir dans l’avancée en âge et le vouloir vivre nous est proposée.

Le Bon Samaritain : C’est par cette parabole que Jésus répond au docteur de la loi qui avait voulu mettre Jésus à l’épreuve en lui demandant « Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus avait répondu par une question : « Que lis-tu dans la loi » et l’autre avait répondu : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même » Jésus satisfait de la réponse lui avait dit « fais ainsi et tu vivras » et le docteur de la loi reprit et dit à Jésus : « Et qui est mon prochain » ? Cette parabole universalise le service du frère et incite à agir.

Dieu accompagne Lorsque la maladie physique ou psychique survient, la précarité s’installe et famille et personnel soignant se mobilisent pour accompagner le patient et lui permettre de rester vivant jusqu’au bout. Notre manière d’être dans ces circonstances et ce peut être long et très difficile, est à penser en profondeur. La législation elle-même prévoit des modes de fin de vie qui respectent le droit de mourir dans la dignité. C’est la loi Léonetti sur les directives anticipées. Il peut être bon d’y penser tranquillement quand la question ne se pose pas dans l’urgence. Le temps du grand âge est celui de la spiritualité, des fidélités profondes, de la Foi, du dépouillement, de la tendresse envers soi-même.

Dans le texte d’Isaïe, Dieu promet au peuple hébreu aide et soutien, le réconforte comme il le fait avec nous dans les situations difficiles, notamment par les sacrements des malades et l’eucharistie.


X