Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Étape 9 – Triduum pascal

Temps forts


Bandeau Vendredi Saint

De la messe du jeudi soir en mémoire de la Cène du Seigneur jusqu’à l’aube du dimanche de Pâques, c’est une célébration étalée sur trois jours que nous sommes invités à vivre comme chaque année pour faire mémoire du mystère pascal.

Cène du SeigneurS’ouvrant par le signe de la croix au soir du jeudi-saint, notre liturgie nous mènera jusqu’à la bénédiction finale après l’eucharistie de la veillée pascale –ou du dimanche de Pâques si nous n’avons pu célébrer celle-ci. Entre ces deux signes de croix qui l’encadrent, cette célébration nous conduit pas à pas à la suite du Christ Jésus.

Nous commençons à la messe du jeudi par le lavement des pieds où le Christ lui-même se met à nos genoux avant de nous inviter à faire comme il l’a fait pour nous et la Cène, à l’issue de laquelle nous sommes invités à sortir en suivant le saint-sacrement, et à veiller et adorer dans la nuit devant le reposoir abondamment fleuri.

Lors de la célébration de la Passion le vendredi, l’entrée des prêtres et des ministres en silence nous place « face au ‘langage de la croix’ (1 Co 1, 18). Le Verbe se tait, il devient silence de mort, car il s’est ‘dit’ jusqu’à se taire, ne conservant rien de ce qu’il devait communiquer ». 1 C’est pourtant une longue célébration de la Parole que nous vivons, à l’écoute du récit de la Passion selon saint Jean auquel répond notre grande prière universelle « par Jésus, le Christ, notre Seigneur », en qui nous reconnaissons déjà « le grand prêtre par excellence »2 qui sera « élevé dans la gloire du Père où il intercède pour nous ». Puis, vénérant la croix du Seigneur par une profonde inclinaison, nous mimons en quelque sorte l’anéantissement du « Christ, devenu pour nous obéissant jusqu’à la mort »3. Enfin, par la communion au pain consacré la veille, ‘nous proclamons la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne’.4

La lecture de la Passion nous a laissés à nouveau dans un jardin, celui du tombeau neuf où Jésus vient d’être déposé. La journée entière du samedi est une journée de silence, saint shabbat « où le Christ est entré dans son repos »5, où l’on ne peut célébrer que la liturgie des Heures. La tradition y situe la descente du Christ au séjour des morts, où il vient chercher les hommes et les femmes qui sont dans les tombeaux.

Le feu nouveau jaillit dans la nuit –pas forcément concrètement possible cette année, mais le cœur y est… Voici la nouvelle création inaugurée par la résurrection du Christ. Laissant le feu d’hier auprès duquel comme Pierre nous avons renié –pas forcément en paroles, mais souvent en actes- suivons-le Christ dans son passage de la mort à la vie. Faisons mémoire des merveilles que le Seigneur, créateur et sauveur, a accomplies, et qu’il renouvelle pour nous : faisons mémoire de notre baptême qui nous a plongés dans la mort du Christ dans l’espérance de participer à sa résurrection6, renouvelons notre renonciation à Satan et notre profession de foi en Dieu Père, Fils et Esprit Saint. Courons avec Marie-Madeleine, avec Pierre et Jean, au tombeau. Entrons et croyons que le Seigneur n’a pu rester dans la mort. Il nous entraîne à sa suite, nous les membres de son corps. Laissons-nous transformer par la lumière du Christ qui jaillit du tombeau au matin de Pâques. « Pénètre-nous, Seigneur, de ton esprit de charité, afin que soient unis par ton amour ceux que tu as nourris du sacrement pascal. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. »7

Elisabeth Raveneau
Responsable Pastorale liturgique et sacramentelle

 

1 Benoît XVI, Exhortation post synodale Dei Verbum, 12.
2 He 4, 14, 2ème lecture de l’Office de la Passion.
3 Acclamation de l’évangile, d’après Ph 2, 2ème lecture du dimanche des rameaux et de la passion.
4 D’après 1 Co 11, 26, 2ème lecture de la messe de la Cène.
5 D’après une prière de l’office byzantin du samedi.
6 Cf Rom 6, épître de la veillée pascale.
7 Prière après la communion- Veillée pascale.

 

> Chemin vers Pâques


X