Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Enquête du MCR pour répondre à l’appel « marcher ensemble » de notre évêque

MCR


Afin de répondre à la sollicitation de Monseigneur Kalist au sujet de l’Église le comité diocésain du Mouvement Chrétien des Retraités a décidé de lancer une enquête auprès de tous ses adhérents réunis en équipes sur la base de 9 questions :

  • Combien sommes-nous ?
  • Que faisons-nous ?
  • De quoi parlons-nous ?
  • Que m’apporte cette vie d’équipe en mouvement ?
  • Comment ces partages font-ils grandir ma foi et ma vie de disciple missionnaire du Christ ?
  • Qu’est-ce que ce partage en équipe me fait comprendre de la mission de l’Église ?
  • Qu’est-ce que je propose pour l’Eglise de demain
  • Quelle place suis-je prêt(e) à prendre dans l’Église ?

Seules 13 équipes (22%) ont répondu jusqu’à présent mais il est toujours possible de répondre et/ou de faire connaître sa réaction soit par courrier à MCR, CDP 133 avenue de la République 63000 Clermont Fd soit par e-mail à mcr63@centrediocésain63.com. Une synthèse des réponses déjà reçues a été réalisée et mise sous forme du tableau suivant :

Qui sommes-nous ?

Dans notre équipe de base MCR,

combien sommes-nous ?  Que faisons –nous ? De quoi parlons-nous ?

Le MCR est un mouvement d’église, créé en 1960. Il est composé d’équipes locales
qui se réunissent une fois par mois.
Le MCR du diocèse de Clermont regroupait en 2019/2020 59 équipes et 552 adhérents. Les équipes sont composées en majorité de femmes. Un accompagnateur spirituel (prêtre, diacre ou laïc) participe à ces réunions.
L’âge moyen se situe à 79 ans (de 100 ans à 58 ans), Près de 40% a entre 70 et 80 ans.
13 équipes ont répondu au questionnaire, représentant 124 personnes (soit 22% des équipes et des adhérents).

Les équipes se retrouvent pour échanger à partir du livret national qui propose un thème chaque année. Réflexion et partage sur notre vie à partir de textes bibliques ou non.
C’est un moment convivial, qui se déroule quelquefois au domicile des membres, se terminant par un repas, (rarement) ou un goûter (plus souvent).

 

Les échanges ont lieu en s’aidant du livret proposé déroulant un thème par année dont l’approfondissement se fait en séance avec l’aide de l’accompagnateur spirituel.
Échanges sur l’actualité, sur notre vie, mais aussi préoccupations des uns et des autres. Écouter, dialoguer, partager nos joies, nos peines, nos questions.

 

1. Que m’apporte cette vie d’équipe
en mouvement ?
2. Comment ces partages me font-ils
grandir dans ma foi et ma vie de
disciple missionnaire du Christ ?
3. Qu’est- ce que ce partage en équipe
me fait comprendre de la mission de
l’Eglise ?

Pas vraiment en mouvement ! Plutôt en réflexion. Au delà du lien social maintenu, les rencontres sont fraternelles. Les membres ont plaisir à se retrouver, en toute confiance, sans jugement, avec une écoute bienveillante.
C’est une bouffée d’oxygène qui permet de sortir de soi, de son quotidien.
Ouverture d’esprit sur le monde, aux autres.
Partager, échanger, dialoguer.

Avec les échanges, ensemble, sur notre foi, nous réalisons que nous faisons partie d’une communauté.
Nous sommes portés par la foi des autres.
C’est difficile de croire tout seul. La Parole est une nourriture, elle permet une croissance spirituelle, nous fait réviser notre catéchisme, nous fait rapporter notre foi à notre vie quotidienne.
Nous avons une vision plus large du Corps du Christ qui est l’Église.

L’Église a un rôle d’enseignement et de
transmisson.
L’Église parle d’Amour pas de morale. L’Église vit par ses membres et pas par
l’institution. L’Église est ouverte aux autres et doit être ancrée dans la vie.

Et pour notre Eglise ?

1. Qu’est-ce que je souhaite voir changer dans l’Église ? 2. Qu’est-ce que je propose ?  3. Quelle place suis-je prêt(e) à prendre ?

1) la messe plus joyeuse, plus animée, plus compréhensible pour tous.

 

 

2) la formation des prêtres
Pas seulement la théologie, mais une plus grande connaissance de la vie (prêtres ouvriers, mariage ?)

 

3) une Église plus accueillante
« faire village », faire corps, plus proche des gens, du monde.
l’Église a un visage vieillot.
Ne pas mélanger morale et foi.

 

 

 

 

4) place des femmes dans l’Eglise
Présentes à la base ; mais plus on monte dans la hiérarchie, elles disparaissent …
Qu’elles ne soient plus de simples exécutantes.
Qu’elles puissent participer aux
décisions importantes

1) la messe célébration interactive (à la place de
l’homélie ?), dynamique, ancrée dans la vie.
Plus (+) de célébrations de la Parole.

2) la formation des prêtres
Homélies plus proches des
préoccupations des gens, un
enseignement à la portée de tous.
Combattre le cléricalisme.

3) une Eglise plus accueillante
Que l’Eglise montre un visage plus contemporain.
Qu’elle pense à renouveler
régulièrement les équipes (pas de rente de situation)
Qu’elle soit plus attentive aux
propositions, plus d’écoute.
Qu’elle consulte plus largement sur des sujets précis pour la mise en oeuvre d’actions concrètes.
Créer une solidarité entre ses
membres.
4) place des femmes dans l’Eglise
Parité dans les conseils paroissiaux et diocésains
Accès au diaconat. Voire à la prêtrise.

Les retraités sont déjà très impliqués dans les paroisses.
Mais participation par la prière, la transmission aux jeunes générations de leur entourage, leur attention aux autres, quand on ne peut plus s’engager physiquement compte tenu
de son âge.
Il faut savoir laisser la place aux autres.
Pour d’autres, un engagement est possible, notamment pour participer à un projet, pour apporter sa pierre à l’édifice, être en éveil, saisir les opportunités, oser.

 

 


X