Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Le chemin de la miséricorde, un chemin ecclésial et personnel


Chers amis,Père Bernard Lochet

 L’Année de la Miséricorde nous offre la chance de nous replonger dans l’Amour de Dieu qui nous accueille toujours. 

Cette ouverture du Seigneur offerte à tous signifie la possibilité du retour de chacun vers Celui qui est Père et mère, comme nous le rappelle le Pape François. Cette prévenance divine annoncée par Jésus le Christ est le cœur de la Bonne Nouvelle : nous sommes aimés de Dieu.

La miséricorde divine nous invite à devenir, de plus en plus, miséricordieux à la manière du Père. Notre époque offre des visages de miséricorde : des peuples qui ont connu des guerres fratricides, ont trouvé des chemins de guérison de blessures ; que l’on pense au Rwanda, par exemple.

Ce chemin de la miséricorde est d’abord un chemin personnel, car avant de transformer le monde, laissons-nous changer par le Seigneur. Il n’y a pas de vie sociale, familiale, amoureuse sans pardon. L’intransigeance, le refus de toute concession à l’autre, conduit à la violence et à la barbarie. Nous comprenons bien ici l’intention du Pape François de nous donner les moyens d’une société plus humaine où la place de chacun est meilleure. 

Notre rapport à l’ensemble de la Création est ici à questionner au même titre que notre rapport au frère. En parlant de la « maison commune » dans son encyclique Laudato si’, le Pape nous rappelle que la Terre nous est confiée et ce bien précieux est un don de Dieu. Plus que cela le Saint Père appelle la Terre notre sœur, c’est-à-dire que nous avons le même Père. Notre gestion des ressources naturelles et notre vie fraternelle avec nos semblables sont tout un. C’est une même attention et un même esprit filial qui se déploient dans l’un comme dans l’autre.

L’aspect le plus saisissant du Pardon, c’est qu’il est toujours à refaire, nous sommes tour à tour ceux qui le recevons et ceux qui le donnons. La patience de Dieu est ici manifestée et inlassablement donnée par le Père, il nous redit qu’il n’est jamais trop tard. Nous demeurons ses enfants, à l’instar du fils prodigue reçu par le Père alors qu’il ne se croyait plus digne d’être traité en fils.

Ce chemin personnel et communautaire est à reprendre, il est chemin de vie. Il est renaissance et revivifie notre Baptême. Dans notre diocèse, cette Année sera une belle occasion d’approfondir en paroisse, mouvements ou services, les sacrements et avant tout le sacrement du Pardon-Réconciliation.

Un livret diocésain pour nous retrouver en petit groupe est proposé. Inviter d’autres à partager et chercher avec nous, c’est une manière de proposer la foi. Ce livret sera disponible dès le 1er dimanche de l’Avent à la cathédrale, puis au CDP. 

Enfin des Portes Saintes sont à franchir, à ND du Port, Orcival et St Martin de Billom en lien avec les sœurs de la miséricorde. Franchir un seuil c’est passer dans une étape nouvelle, le Pape insiste sur ces passages qui sont à accomplir physiquement. Passer une porte c’est faire un passage avec tout son être. Alors que ce passage soit pour nous une occasion d’ancrage et d’approfondissement pour vivre de la miséricorde du Seigneur. 

Et d’ici là, tous les diocésains sont invités à venir célébrer le 1er dimanche de l’Avent et l’entrée dans cette Année de la Miséricorde, le dimanche 29 novembre 2015, à 15h, à la cathédrale. 

Bonne Année.

Père Bernard Lochet
Vicaire général du diocèse de Clermont

 

 

X