Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

L’accueil des Huiles saintes en paroisse


pastorale lithurgique huiles saintesLa commission de Pastorale Sacramentelle et Liturgique vous propose, en vue de la Semaine Sainte, un schéma de célébration pour l’accueil en paroisse des Saintes Huiles consacrées lors de la Messe Chrismale, ainsi que quelques éléments concernant les célébrations du Jeudi Saint et du Vendredi Saint.

 

Saintes Huiles : Accueil en paroisse
A la cérémonie de bénédiction des Saintes Huiles, le mardi saint, les paroisses du diocèse seront présentes par leurs délégués, prêtres et laïcs, qui rapporteront en chaque lieu l’huile des malades, l’huile des catéchumènes et le Saint Chrême pour les sacrements de l’année. Comment seront-elles reçues dans chaque paroisse, de telle façon que l’ensemble des fidèles participe à l’accueil de ce don de l’Eglise diocésaine ?

A la messe du soir du Jeudi Saint, la procession d’entrée comprendra les délégués du mardi saint qui porteront les huiles bénies et le Saint Chrême. Après l’ouverture de la célébration et l’accueil, on présentera chacune des huiles, en rappelant sa signification. Elles seront ensuite déposées sur une table, en vue, dans le chœur.

 

Pour l’huile des malades
« Nous recevons l’huile pour le sacrement des malades. Avec la bénédiction de Dieu, elle soulagera le corps, l’âme et l’esprit des malades qui en recevront l’onction. »

 

Pour l’huile des catéchumènes
« Nous recevons l’huile des catéchumènes qui soutiendra les forces de ceux qui sont en marche vers le baptême, afin « qu’ils accueillent la Bonne Nouvelle et s’engagent de grand cœur dans l’effort de conversion » dans le baptême qui fera d’eux des enfants du Père.. »

 

Pour le Saint Chrême
« Nous accueillons le Saint Chrême pour la consécration des enfants de Dieu en Jésus-Christ, prêtre, prophète et roi.
Pour les baptisés et les confirmés, il est signe du don de l’Esprit, par la nouvelle naissance dans l’Eglise, comme il est signe de la consécration au service de leurs frères, pour ceux qui sont appelés aux ministères de l’Eglise ».

On pourrait intercaler les intentions de la prière pénitentielle, ou mieux faire cet accueil après ce rite et conclure par le chant du Gloire à Dieu.

N.B. Lors de la Veillée pascale, on mettra en bonne place le Saint Chrême, près de la vasque d’eau à bénir (même s’il n’y a pas de baptême) pour rappeler l’onction des baptisés « membres de Jésus-Christ, prêtre, prophète et roi ».

 

Célébrations du Jeudi Saint et Vendredi Saint
Il est bon de rappeler qu’elles forment une continuité qu’il n’est pas normal de dissocier en changeant d’église d’un jour à l’autre. Le reposoir permet de conserver l’Eucharistie en vue de la communion du vendredi, jour « aliturgique » c’est-à-dire sans célébration eucharistique.
La prière devant le reposoir est prévue, mais elle n’est pas le but de ce rite. Les églises où il n’y a pas de célébration n’ont pas à faire de reposoir. La réserve eucharistique (si elle est conservée habituellement dans l’église) sera mise à la sacristie jusqu’au jour de Pâques.

 

Le chemin de croix
Le chemin de croix reste une dévotion pratiquée, au cours du Carême en particulier. Cela permet souvent de maintenir un temps de rassemblement et de prière dans les églises habituellement sans célébration régulière.
Il peut être intéressant d’en renouveler les formes (qui ne relèvent d’aucun « rituel » ni pour le nombre des stations ni pour la manière de les évoquer). Le temps de ce « printemps » peut permettre un chemin de croix itinérant, soit d’une église à une autre, soit en suivant les croix nombreuses dans nos régions sur un parcours plus restreint.

Si l’on choisit de rester en place, on peut faire aussi une lecture de la Passion plus méditative, avec des pauses, des chants.

 
 
X