Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Des fleurs comme prière


Pastorale lithurgique fleursLa décoration florale des lieux de célébration est un véritable service d’église exigeant régulier, discret donné aux yeux et à Dieu. Support visible d’une réalité invisible. Ces compositions sont de l’ordre d’une expérience spirituelle. 

 

Extraits du journal « par les chemins  » n° 55 mars 2006 Paroisse Saint Austremoine au Pays d’Issoire

Un samedi matin froid de mars. Les marchandises à peine installées sur les étals, place de la République, les premiers clients, panier au bras, font leur marché. Comme toutes les semaines, Jacqueline se dirige vers l’église Saint Austremoine, plusieurs bouquets de tulipes dans les bras.

La veille, comme il n’y a pas encore de fleurs dans les jardins, elle est allée chez le fleuriste faire son choix en fonction des couleurs, des arrivages et … du prix. Jacqueline a accepté un service d’Eglise : depuis plusieurs années, elle prend en charge la décoration florale de l’abbatiale.

Cette passionnée d’art floral, qui a suivi des cours d’ikebana pour apprendre à composer des bouquets à la manière sobre et codifiée des Japonais, parle avec simplicité et conviction : « Quand j’attends des invités, j’ai à cœur de rendre ma maison accueillante ; pour l’église, c’est la même chose, je veux que les gens qui entrent dans Saint Austremoine, les touristes comme les fidèles du dimanche, se sentent attendus ».

Réaliser des bouquets qui prendront place sur l’autel ou devant l’ambon, soulignant ainsi symboliquement les deux Art floral bouquettemps forts de la messe : la liturgie de la Parole et celle de l’Eucharistie, demande du savoir-faire, des vases et beaucoup de fleurs. Aussi son jardin a-t-il été planté comme jadis les jardins de curé, de variétés qui s’échelonnent du printemps aux derniers jours de l’automne, pour avoir sous la main la matière de ses bouquets :des fleurs de couleurs différentes, de la somptuosité éphémère des pivoines au feu d’artifice, de couleurs des dahlias, et de tailles différentes, des grandes hampes bleues des delphiniums aux tiges courtes des roses de Noël.

Une façon d’entrer en relation avec Dieu, une expérience spirituelle de l’ordre de la prière. « Dans ma semaine, j’aime ce temps donné, poursuit Jacqueline, c’est comme une pause dans le recueillement de l’église, une façon d’entrer en relation avec Dieu. Composer des bouquets avec l’intention qu’ils soient le support visible d’une réalité invisible est pour moi une expérience spirituelle de l’ordre de la prière. Et puis il m’arrive, lorsque je suis à l’église, que des gens entrent. Ils ont acheté des fleurs pour rendre grâce à la Sainte Vierge ou à Sainte Thérèse et souhaitent les mettre en place. Ils m’en parlent et parfois me confient le sens que cette démarche prend pour eux. Ce sont toujours des moments forts et émouvants par le partage d’une tranche de vie. »

Pendant qu’elle parle de sa passion de l’art floral au service de la liturgie, Jacqueline laisse percer un souhait : « Les gens ne pensent pas assez souvent à proposer des fleurs fraîches de leur jardin. Toutes sortes de fleurs ou de feuillages sont utilisables : il suffit d’un peu d’imagination. » C’est plus qu’un souhait, une invitation discrète…

Marie-Claire Mazières

X