Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’Évangile du 8 avril 2020

Commentaire évangile


Lire l’Évangile en ligne en cliquant ici

Commentaire d’évangile proposé par P. Jean-Luc Varnas

Evangile du 8 avril 2020L’histoire de Judas qui livre Jésus, c’était déjà l’histoire d’un certain Ahitofel, qui avait trahi le roi David, ancêtre de Jésus, en organisant une stratégie pour le tuer. Finalement, Ahitofel s’était pendu (2 Samuel 17,23). Comme l’a fait Judas.

Sainte Thérèse de Lisieux disait: « Si j’avais été Judas, je me serais pendue… au cou de Jésus ».

On a pu associer le nom de Judas à la Judée, au mot « Juif » et plus précisément à la tribu de Juda. « Juda(s) » ne veut-il pas dire en hébreu « rendre grâce »? Quelle belle mission au départ pour Judas !

« Iscariote », ce nom ne serait-il pas lié, d’après le latin, à celui de « sicaire », ce qui veut dire « porteur de poignard »? Voilà des hommes, des zélotes, qui voulaient chasser l’occupant romain par les armes. Judas ne serait-il pas un patriote déçu par la passivité de Jésus, qui ne poussait pas à la révolte contre les Romains ?

Comment comprendre les paroles inouïes de Jésus à l’égard de Judas: « Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ? »

On ne peut pas tirer directement de ce texte l’idée de la damnation éternelle de Judas. Ces paroles sont celles d’un Jésus profondément accablé, qui peut reprendre à l’avance à son compte les paroles d’accablement profond de Judas, lorsqu’il sera pris de remords pour avoir livré à la mort un innocent, avant qu’il n’aille se pendre. Judas aura pu reprendre pour lui-même les paroles de Job (Jb 3, 3) et du prophète Jérémie (Jr 20, 1418): « Périsse, maudit soit le jour qui m’a vu naître ». Seulement, Judas aura-t-il accepté la miséricorde de Dieu ? Il nous faut rester humblement au seuil du mystère. À ce moment, le mystère du mal se déchaîne de façon particulière. Et il se déchaîne contre Jésus. Il y a un moment où Satan est entré en Judas. Face à ce mystère du mal, Jésus a des paroles qui montrent qu’il est ébranlé au fond de lui-même. Il en vient à dire à la Croix: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » (Mt 27,46). On ne peut pas s’imaginer un Dieu parler ainsi. Et pourtant, c’est ce que Jésus, Dieu fait homme a dit.

C’est profondément mystérieux de se dire que Jésus a choisi Judas pour faire partie des Douze. Il faut croire que Dieu accepte de s’abaisser pour donner toute la place à la liberté humaine, à la liberté de Judas, qui a pu se retourner contre l’autre, contre Dieu. La force de Dieu n’est pas celle de tout contrôler. Elle n’a pas été celle de contrôler le choix de Judas pour l’écarter des propres amis proches de Jésus. La force de Dieu est celle de savoir transformer la mort et le pêché en source de vie, cette source de vie qui va pleinement jaillir dans la Résurrection du Christ.

Prions pour qu’un bien supérieur jaillisse de l’épreuve que l’humanité vit en ce moment. Pour qu’un monde plus fraternel, plus solidaire soit bâti par des hommes et des femmes de bonne volonté. Ce qui honorera le Dieu d’amour, qui a donné sa vie pour nous sur la Croix et qui est ressuscité !

Jean-Luc Varnas, prêtre

Temps musical

Bois tout en feu (Didier Rimaud / Joseph Gelineau)

https://www.youtube.com/watch?v=vnlAeg71HR8

Bois tout en feu, buisson ardent
où rien n’est cendre,
Croix où le Fils se laisse pendre
quand vient le temps,
Dieu parle en toi, et tu portes le prix
de la rançon ;
De son Amour tu nous donnes la mesure
Montrant le corps et la blessure
où il nous dit
quel est son nom !
Refrain Quand il viendra juger le monde,
que le Seigneur nous soit pitié !

Bois où l’Enfer est englouti
dans sa victoire,
Croix qui redresse plein de gloire
le Fils maudit,
Arbre de vie qui détruis le poison
du fruit mauvais ;
Ton Sang divin fait mûrir sur le calvaire
Le Fruit voulu par notre Père,
que nous cueillons
pour notre Paix.

Bois où chacun peut regarder
dans sa détresse
Le Fils que Dieu, plein de tendresse,
nous a livré ;
Pour le pardon tu attires vers toi
tout l’univers ;
De tout péché tu guéris et tu délivres,
Rameau vivant qui fais revivre
celui qui voit
le cœur ouvert.

Bois merveilleux orné du sang
qui nous protège,
Croix où l’Agneau a pris au piège
le lion méchant,
Tu t’es levé comme un signe de paix
pour les pécheurs ;
Au sein des eaux tu détruis notre esclavage
En nous ouvrant le seul passage
vers les secrets
du Dieu Sauveur.

Bois où se meurt le Premier-né
dans les épines,
Croix où le prêtre est fait victime
pour nos péchés,
Tu es la pierre où repose le front
du Bien-Aimé ;
Sur ton autel s’accomplit le sacerdoce
Quand retentit le chant des noces
où les nations
lui sont données.

Bois où la femme est rachetée
des fautes d’Eve,
Croix où Marie se livre au glaive,
le coeur broyé,
Tes bras voleurs lui arrachent l’enfant
né de son corps ;
Et, Vierge Mère, elle enfante à la vraie vie
Le Fils que Dieu, dans sa folie,
sauve en souffrant
jusqu’à la mort.

Prière

Tu fais ta demeure en nous CCC – Communauté de l’Emmanuel
Tu es là présent, livré pour nous Toi le tout petit, le serviteur Toi, le Tout Puissant, humblement tu t’abaisses. Tu fais ta demeure en nous Seigneur
Le pain que nous mangeons, le vin que nous buvons, C’est ton corps et ton sang Tu nous livres ta vie Tu nous ouvres ton cœur Tu fais ta demeure en nous Seigneur
Tu es là présent livré pour nous Toi le tout petit, le serviteur Toi le Tout Puissant humblement tu t’abaisses Tu fais ta demeure en nous Seigneur
Par le don de ta vie Tu désires aujourd’hui reposer en nos cœur Brûlant de charité, assoiffé d’être aimé Tu fais ta demeure en nous Seigneur
Tu es là présent, livré pour nous Toi le tout petit, le serviteur Toi le Tout Puissant, humblement tu t’abaisses Tu fais ta demeure…

https://www.youtube.com/watch?v=mi8i5iyyJo4


X