Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 7 mai 2020

Commentaire évangile


Commentaire proposé par Frédéric Lopez, diacre permanent

Lire l’évangile en ligne en cliquant ici

 

Evangile du 7 mai 2020Dans l’extrait de l’évangile de Jean qui nous est proposé aujourd’hui, Jésus vient de faire un geste complètement déroutant pour ses disciples, réunis pour prendre ensemble le repas de la Pâques : Il leur a lavé les pieds ! Essayez de visualiser la scène, allez, prenez le temps de relire le début de ce chapitre 13, essayez d’imaginer le lieu, les personnages, leurs attitudes, l’ambiance. Mais qu’est-ce qui lui prend de faire ce geste, c’est du rôle des esclaves, des serviteurs. Jésus les a sans doute habitués depuis le temps à être témoins d’évènements peu ordinaires ou extraordinaires, des guérisons, des miracles, mais là, qu’est-ce qu’il fait ? Incompréhension, stupeur, ou même révolte comme Pierre, sont les sentiments qui doivent habiter le cœur de ces hommes. Et voilà que Jésus se rhabille, se remet à table avec eux et leur pose une question : « Avez-vous compris ce que je viens de faire ? »  En me plongeant dans ce texte pour le ressentir, si j’avais vécu ce moment avec eux, je crois que j’aurais été bien incapable de répondre à cette question à ce moment là ! Pas vous ?       
Alors Jésus se met à les enseigner : « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le maître et Seigneur, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns les autres. Car c’est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j’ai fait pour vous … »

« Sachant cela, Heureux êtes-vous, si vous le faites »        
En préparant ce commentaire, c’est la phrase qui est restée gravée au fond de moi. Jésus, après avoir préparé ses disciples, leur apprend maintenant à témoigner de son évangile. Ce n’est pas à la manière des puissants mais bien en étant petit et humble qu’il demande de répandre son message d’Amour. Quelque part, c’est vivre un peu à contre courant, l’homme lui-même est plus important que ce qu’il possède, richesse ou pouvoir !

Alors moi, vous, nous tous, maintenant que nous « savons cela », comment vivons-nous cette nouvelle béatitude ? Choisissons-nous aujourd’hui encore de vivre ce que Jésus nous demande ?
Je crois que chacun de nous a son propre chemin à suivre avec le Christ. Chacun, avec ses capacités et ses dons, a quelque chose à témoigner de l’Amour de Dieu au cœur du monde, par des petites attentions, des sourires ou des paroles et des actes engagés. En nous enracinant dans la prière, plus personnelle actuellement, nous avons la responsabilité de vivre cette diaconie avec chacun de ceux qui nous entourent, qu’ils soient croyants ou pas. Avec ce confinement, de nouvelles solidarités se sont créées, que demain elles ne se dissipent pas comme les lueurs d’un feu d’artifice, nous avons à en être attentif et à vivre cette charité au nom du Christ. Notre humanité a besoin de chacun de nous pour retrouver la place de l’homme et de toute la création dans un système mondialisé qui semble s’emballer.   
Alors aujourd’hui encore soyons ses disciples, humbles serviteurs et ‘’Dans la charité du Christ, répandons autour de nous Sa paix ! ‘’ Car « heureux êtes-vous, si vous le faites » … vous serez des bâtisseurs du royaume de Dieu !

 

Temps musical

Chant de Scén’épi, tiré du spectacle « Pèlerin de ta vie »

Tout le monde peut être à bon sa façon

Paroles et musique David Berthet

 

  1. Il est là, sur ton chemin,

Sauras-tu lui tendre la main

Comme autrefois, l’a fait le samaritain

Va et toi fais de même!                               

Il est là, dans la rue,             

Ne te laisse pas prendre au dépourvu

La bonté c’est cultiver la vertu,

Aimer ton prochain comme toi-même

 

  1. Il connait la solitude,

Sauras-tu changer tes habitudes

Sans condamner sa vie à si peu d’estime

Etre pauvre n’est quand même pas un crime.

Apprécier nos différences,                           

Enrichir ta vie de tous ses sens                    

La bonté c’est franchir les apparences 

Aimer ton prochain comme toi-même         

 

Tout le monde, Tout le monde

Tout le monde peut être bon

A sa façon

Est-ce que je saurais demain

Porter sur mon prochain

Un regard d’Amour qui va croiser le sien

Un regard d’Amour qui force le destin

 

  1. Il subit, tant de souffrance

Sauras-tu passer l’indifférence  

Lancer des ponts, et refermer les blessures

Plutôt que toujours dresser des murs

Il te faut faire attention

Au monde souffrant de tant d’exclusion

La bonté c’est porter de l’affection  

Aimer ton prochain comme toi-même

 

  1. Au-delà, du désespoir

Ton cœur est-il prêt à recevoir

Au fond de toi comme une leçon de vie :

« Quand on donne, on s’enrichit ! »

Il te reste, à façonner

Ce qu’on appelle la fraternité

La bonté, c’est relever le défi                      

D’aimer ton prochain comme toi-même

 

Prière

Prière de Saint François d’Assise

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.


X