Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 6 mai 2020

Commentaire évangile


Commentaire proposé par P. Stephan Smoch

Lire l’évangile en ligne en cliquant ici

 

« Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » Alors ne perdons pas de temps, accueillons-là ! A moins que nous préférions les ténèbres, mais sincèrement, est-ce vraiment cela que nous cherchons ? Ne cherchons-nous pas plutôt le bonheur, la paix, la joie ?

Nous le voyons bien, et cela est manifeste, ce monde est divisé, une part d’ombre et une part de lumière. Est-ce vraiment une fatalité ? Or quel est le message de Jésus ? Il est la lumière. Dieu est lumière, Dieu n’est pas ténèbres. Ce qui est ténèbres est donc marqué par l’absence de Dieu.

N’y a-t-il pas là quelque chose du péché originel ? Se cacher de Dieu c’est créer un espace où Dieu n’est pas présent. N’y a-t-il pas là quelque chose de l’orgueil ? Créer une zone d’ombre dans notre vie, c’est donc se diviser de la lumière, se séparer de Dieu.

Diviser pour mieux régner, n’est-ce pas la devise du diable ? Séparer l’homme de Dieu, pour le conduire dans les ténèbres. Car l’homme sans Dieu, est-il encore un homme ? Ne perd-il pas alors le sens de son être ? Peut-il se construire lui-même, se créer lui-même ? Car quel chemin alors lui faudra-t-il prendre ? Ne sera-t-il pas l’esclave de lui-même ? Assujetti à ses pulsions, à ses désirs, à son imagination ? Même s’il se pense comme étant une poussière d’étoile arrivera-t-il à assujettir l’univers ? L’homme suivant le chemin des ténèbres va de division en division perdant l’essence même de son être et cela l’est d’autant plus désirable pour celui qui veut avoir le pouvoir sur l’homme, le manipulant ainsi à sa guise et se jouant de lui.

Or Dieu n’est pas du côté des ténèbres, Jésus Christ est la lumière, et c’est donc en accueillant la lumière que l’homme trouve son unité. Car le Fils et le Père ne font qu’un avec le Saint Esprit (Jn 10,30). L’Esprit Saint nous l’accueillons le jour de notre baptême et c’est lui qui nous fait entrer dans la lumière. L’unité, l’homme la vit donc par le souffle de l’Esprit. Vivre de la vie en Esprit nous fait demeurer dans l’unité et donc dans la Paix. Vivre de la vie en Esprit par l’exercice des sacrements est le moyen donné par Dieu à l’homme pour qu’il soit relié à la source divine, pour qu’il soit en communion avec Dieu.

Le sacrement de l’unité est celui de l’Eucharistie, signe efficace de l’unité de l’homme en Dieu. Le pain de Vie est celui par qui l’homme réalise son unité. Guillaume d’Auvergne au XIIème siècle exprimait déjà le principe que l’effet du sacrement s’accomplit déjà dès que nous nous mettons en marche vers lui. De ce principe nous pouvons expliquer l’immaculée conception, Marie bénéficia de la grâce du salut dès sa naissance puisqu’elle était déjà toute donnée à Dieu.

En ce temps de confinement, prenons comme modèle Marie, et faisons de chaque instant de notre quotidien un « fiat », un oui à Dieu. Ainsi, instant après instant, de oui en oui, s’accomplit déjà en nous la grâce de l’unité et donc de la Paix. La ténèbre a horreur de la lumière, elle la fuit. Accueillir cette grâce, accueillir la lumière, c’est donc se laisser aimer par Dieu, c’est laisser la lumière guérir ce qui est ténèbres dans nos vies, c’est être de plus en plus tout donné à Dieu, c’est naitre à la sainteté, et donc au bonheur, c’est devenir un avec lui, en lui et par lui.

 

Temps musical

Dans ton royaume souviens-toi de nous : https://www.youtube.com/watch?v=aCHcBSASB2s

(Domaine Public / André Gouzes / Liturgie Chorale du Peuple)

Dans ton Royaume, souviens-Toi de nous, Seigneur !

1.
Bienheureux les pauvres de cœur :
Le Royaume des cieux est à eux !

Quand ils eurent crucifié Jésus,
ils partagèrent ses vêtements et les tirèrent au sort.
Jésus dit : Père, pardonne-leur,
Ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

2.
Bienheureux les doux :
ils obtiendront la terre en héritage !

Voyant près de la Croix Marie sa mère,
et près d’elle le disciple qu’Il aimait,
Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton Fils »,
puis Il dit au disciple : « Voici ta mère ! »

 

Psaume 26

01 Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? * Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

02 Si des méchants s’avancent contre moi pour me déchirer, + ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, * qui perdent pied et succombent.

03 Qu’une armée se déploie devant moi, mon coeur est sans crainte ; * que la bataille s’engage contre moi, je garde confiance.

04 J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : + habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, * pour admirer le Seigneur dans sa beauté et m’attacher à son temple.

05 Oui, il me réserve un lieu sûr au jour du malheur ; + il me cache au plus secret de sa tente, il m’élève sur le roc. *

06 Maintenant je relève la tête devant mes ennemis. J’irai célébrer dans sa tente le sacrifice d’ovation ; * je chanterai, je fêterai le Seigneur.

07 Écoute, Seigneur, je t’appelle ! * Pitié ! Réponds-moi !

08 Mon coeur m’a redit ta parole : « Cherchez ma face. » *

09 C’est ta face, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ta face. N’écarte pas ton serviteur avec colère : * tu restes mon secours. Ne me laisse pas, ne m’abandonne pas, Dieu, mon salut ! *

10 Mon père et ma mère m’abandonnent ; le Seigneur me reçoit.

11 Enseigne-moi ton chemin, Seigneur, * conduis-moi par des routes sûres, malgré ceux qui me guettent.

12 Ne me livre pas à la merci de l’adversaire : * contre moi se sont levés de faux témoins qui soufflent la violence.

13 Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. *

14 « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »


X