Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 5 mai 2020

Commentaire évangile


Commentaire proposé par Alain Honnet, diacre

Lire l’évangile en ligne en cliquant ici

 

Evangile du 5 mai 2020Je crois en Jésus-Christ !

C’est notre foi, celle que nous sommes impatients de proclamer ensemble, de nouveau, lors de chaque messe dominicale en disant que Jésus est le Christ (le mot grec « Christ » est l’équivalent du mot hébreu « Messie », « Celui qui a reçu l’onction »).
Mais réalisons-nous vraiment ce que nous affirmons en si peu de mots ?

Jésus s’était déclaré explicitement comme le Messie à la Samaritaine (Jn 4,25-26), mais pas aux Juifs, à cause de l’ambiguïté qui pèse autour de ce titre. Il est le Messie, mais pas au sens politique auquel pensent ses interlocuteurs. C’est pourquoi les Juifs harcèlent Jésus pour le forcer à se dévoiler : s’il n’est pas le Messie, qu’il le dise franchement et qu’il cesse d’exciter le peuple !

La question est toujours cruciale, même pour nous autres. Si nous croyons que Jésus est le Christ, le sauveur envoyé par Dieu, nous nous confrontons alors aux mêmes genres d’implications politiques et sociales. Dans notre rapport à l’autre, que ce soit Dieu ou notre prochain, nos collègues, nos voisins, « nos » étrangers, … nos gouvernants, nous sommes enclins à les faire entrer dans les cases que nous avons préparées pour eux. Trop souvent, nos sensibilités, nos habitudes, nos craintes semblent nous séparer ; et ne plus voir autre chose que ces différences, c’est considérer que les autres ne comptent pas vraiment pour nous …
Mais le Christ est celui qui nous rassemble !

Et Jésus de reprendre l’image des brebis qui écoutent sa voix et qui le suivent : plus nous écouterons « sa voix », plus nous ferons de nos différences des choses secondaires.

Ainsi le pasteur marche devant, et le troupeau suit parce que les « brebis » reconnaissent la voix du berger. Cette voix qui les guide et qui les mène aux pâturages. Cela signifie qu’elles identifient le berger comme la Parole qui les fait exister et qui continuera à les faire exister.

« Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront et personne ne les arrachera de ma main». Vivre la vie éternelle, c’est déjà aujourd’hui ! c’est être inscrit dans cette assurance que rien ne nous séparera de l’amour de Dieu. La promesse de ce verset est bien que l’amour de Dieu nous est donné, mais ce qui relève de ma responsabilité c’est de savoir ce que j’en fais !

Marqués par l’Esprit Saint, nous sommes rendus capables d’entendre et de comprendre la Parole que le Seigneur nous adresse, elle nous révèle que nous sommes porteurs et transmetteurs de cet amour de Dieu. C’est cette parole qui met en route et rend capable d’oser prononcer des mots et poser des gestes qui dépassent toute convention humaine. Dieu nous a choisis pour aller à la rencontre de ceux qui pensent qu’il n’y a plus rien à attendre, les rejoindre, les écouter, et leur permettre à travers nos mots, nos gestes, nos vies, de toucher leurs cœurs et de leur rendre l’Espérance.

Avons-nous la conviction qu’une vie imprégnée de la parole de Dieu que nous écoutons, une vie unifiée par des actes voulus en accord avec notre foi, est un témoignage de notre attachement au Christ bien plus que de grands discours. Oui Jésus nous montre la voie avec une vie unifiée : « les œuvres que je fais, moi, au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage ».

En nous mettant en présence du Seigneur qui habite ce monde en plein bouleversement, cherchons ensemble, au cœur de la tempête et de l’adversité, malgré les difficultés qui peuvent introduire en nous le doute, et malgré nos peurs légitimes, comment son Esprit nous apprend à confesser Jésus comme Christ. Car la joie pascale ne nous met pas hors du monde, elle nous envoie au monde pour aimer, et la vraie joie naît de l’amour.

 

Temps musical

Sans avoir vu : https://www.youtube.com/watch?v=-0VcmtjFl3M

Editeur FLEURUS
Auteur(s) GROSLAMBERT L. Compositeur(s) GROSLAMBERT L.

1
Sans avoir vu, nous le croyons :
Christ accomplit la promesse.
Christ est vraiment ressuscité,
Il est pour nous renaissance.
L’Esprit du Fils en est témoin,
Ardent désir vers le Père.
Alléluia ! Alléluia !
Christ est pour nous renaissance.

2
Christ s’est levé d’entre les morts
Et nous entra »ne en sa gloire.
Christ en sa chair est exalté
Il est pour nous espérance.
Pourquoi chercher parmi les morts
Le coeur vivant de la terre ?
Alléluia ! Alléluia !
Christ est pour nous espérance.

3
Ce jour que nous sentons lever
Comme un soleil illumine.
Christ en nos coeurs jaillit le feu,
Amour brûlant de la Pâque.
Sur nos chemins, sois le flambeau
Qui à la nuit fait violence.
Alléluia ! Alléluia !
Amour brûlant de la Pâque.

 

Prière

 « C’est dans notre vie que, du matin au soir, coule entre les rives de notre maison, de nos rues, de nos rencontres, la Parole où Dieu veut résider.

C’est dans notre esprit qui nous fait nous-mêmes à travers les actes de notre travail, de nos peines, de nos joies, de nos amours, que la Parole de Dieu veut demeurer.

La phrase du Seigneur que nous avons arrachée à l’Évangile dans une messe du matin ou dans une course de métro, ou entre deux travaux de ménage, ou le soir dans notre lit, elle ne doit plus nous quitter, pas plus que nous quitte notre vie ou notre esprit.

Elle veut féconder, modifier, renouveler la poignée de main que nous aurons à donner, notre effort sur notre tâche, notre regard sur ceux que nous rencontrons, notre réaction sur la fatigue, notre sursaut devant la douleur, notre épanouissement dans la joie.

Elle veut être chez elle partout où nous sommes chez nous.

Elle veut être nous-mêmes partout où nous sommes nous.

La Parole du Seigneur, elle exige notre respect ; si notre vie a des pauses possibles, elle veut posséder à la fois un peu ou beaucoup de ces pauses, elle exige que notre esprit s’occupe exclusivement d’elle, veut de lui le sacrifice de tout ce qui vaut moins qu’elle.

Elle veut que l’on prie sur elle dans l’oubli de tout ce qui est si peu à côté d’elle… Ainsi soit-il. »

Prière de Madeleine Delbrêl


X