Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’Évangile du 4 avril

Commentaire évangile


Lire l’Évangile en cliquant ici

Commentaire proposé par P. Marc Denaës

« La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée » (Jn 1, 5)

Qui est cet homme qui guérit un paralytique le jour du sabbat, et qui recommence avec un aveugle de naissance, qui traverse la Samarie, y demeure même après avoir dialogué avec une femme au bord d’un puits. Et maintenant il ordonne à un mort de sortir de son tombeau ! C’en est trop : les Ténèbres veulent procéder à l’arrestation de la Lumière. La logique des hommes s’affole et se brouille : on veut tuer la Vie !… Jésus est traqué, le filet se resserre. Le Conseil suprême condamne Jésus à mort ; ce n’est qu’une question de temps.

Tous ont vu les « signes ». Il s’agit de choisir son camp : croire ou ne pas croire et prendre ombrage de sa puissance. Il ne s’agit plus d’accuser Jésus de blasphème, mais de constater le développement irrésistible de son influence : le mouvement lancé par ce Jésus devient un danger pour la « paix romaine » ; on peut tout craindre si les occupants sentent leur autorité menacée. La préoccupation du grand prêtre est d’abord politique. Mais le « politique » ne se distingue pas du « religieux » : si Rome intervient, ne risque-t-on pas de voir disparaître le Temple, lieu saint par excellence, et la nation elle-même, le « peuple élu », porteur des promesses de Dieu ? Voilà : l’accusé Jésus est condamné autant au nom de l’avenir religieux du pays qu’au nom de la prudence politique. N’est-ce pas une question de tous les temps, sous tous les régimes ? Mais peut-on sacrifier un innocent à de telles valeurs sans les compromettre radicalement ?

Oui, Jésus va mourir… mais pas seulement pour sauver momentanément une nation, mais pour « rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés », c’est-à-dire nous tous. La logique de Dieu s’accomplit, souveraine, prophétisée – malgré lui – par le grand prêtre. Le don total de l’amour peut terrasser la haine. Jésus est prêt : il vivra l’amour jusqu’au bout, librement. Sa vie, nul ne la prend : c’est lui qui la donne.

Aujourd’hui encore proclamons notre foi : Dieu veille sur l’humanité ! Au cœur de nos épreuves, des violences et autres mensonges, malgré nos limites et notre péché, nous aurons toujours raison de croire à l’amour. La logique de l’amour se joue des logiques et des pièges humains. Nous voici prêts à entrer dans la grande semaine où ce grand mystère de la foi se déploie.

En vivant ce confinement imposé, je reçois la grâce du silence. Maurice Zundel affirme que ce silence « est seul capable d’atteindre en nous jusqu’à la racine de notre être ; en nous désappropriant de nous-mêmes, il laisse le Christ transparaître en nous. Vivons donc ce « pèlerinage du silence » et laissons « Dieu respirer en nous en lui offrant cet espace de lumière et d’amour où sa vie peut se répandre. »

Béni sois-tu, Seigneur notre Dieu, pour l’alliance de paix que, sans te lasser, tu nous proposes : la mort du seul Juste nous a tous sauvés !

Rassemble en un seul corps tes enfants dispersés : qu’ensemble nous te rendions grâce pour les siècles des siècles…

Temps musical

Sous l’abri de ta miséricorde : https://www.youtube.com/watch?v=bgvNYQJiYBQ 

Sous l’abri de ta miséricorde,
Nous nous réfugions, Sainte-Mère de Dieu
Ne méprise pas nos prières
Quand nous sommes dans l’épreuve,
Mais de tous les dangers
Délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse, Vierge bienheureuse,
Vierge glorieuse, Vierge bienheureuse.


X