Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 30 mars

Commentaire évangile


Lire l’Évangile en ligne en cliquant ici

Commentaire d’évangile de Patrice Pons, diacre

Mercredi dernier, à l’occasion de la fête de l’Annonciation, nous étions invités à allumer bougies et lanternes. Nous avons illuminé nos balcons, nos rebords de fenêtres, pour que brille dans la nuit la lumière de l’Espérance. Ce geste, nous l’avons fait en communion les uns avec les autres. Nous l’avons fait aussi pour celles et ceux qui n’ont pas de balcon, de fenêtre, parce qu’ils n’ont pas de maison, parce qu’ils sont dans une chambre d’hôpital, parce qu’ils sont en EPHAD, parce qu’ils sont en squat, en caravane ou dans leur voiture. La lumière a brillé dans les ténèbres de ces temps de confinement. Elle a brillé pour dire notre espérance ; pour dire notre fraternité, notre solidarité avec tous ceux qui souffrent, avec tous ceux qui se battent au quotidien pour soulager, prendre soin, servir… A notre mesure, nous portons témoignage d’une foi qui nous anime et nous pousse à l’espérance, contre toute espérance peut-être, dans ces temps d’incertitude et de doute. Nous voilà invités à vivre le présent, à s’abandonner à la confiance parce que oui, nous ne savons pas vraiment où l’on va, le temps que ce confinement prendra, les délais nécessaires pour éradiquer ce virus qui frappe insidieusement petits et grands, malades et bien portants, jeunes et vieux, riches et pauvres… Nous devons faire confiance à ceux qui nous gouvernent et qui doivent prendre des décisions d’intérêt général pour le bien commun de tous. Nous devons faire confiance à tous ces chercheurs, ces médecins, ces personnels soignants, qui œuvrent sans répit, sans compter leur temps, pour trouver les réponses et les traitements adaptés, pour soulager et guérir. Vivre le présent, s’abandonner, s’en remettre aux autres et s’en remettre au Christ qui nous dit qu’il est « la lumière du monde » ! Rien que ça, pourraient dire certains ! Eh bien oui, rien que ça, « la lumière du monde ». Et le Christ n’est pas la lumière du monde pour briller d’une autosuffisance, mais il brille pour que nous ayons la lumière de la vie. Rappelez-vous, nous l’avons entendu il y a quelques jours, c’est lui qui rend la vue à l’aveugle. Chrétiens, nous témoignons de notre foi en Christ que nous sommes appelés à suivre. C’est le chemin par lequel il nous fait entrer dans l’intimité de son Père auquel il est uni. Nous ne sommes donc pas seuls et nous avons la responsabilité de rendre témoignage, d’être lumière de vie pour nos frères et sœurs en humanité en adoptant des gestes concrets de solidarité, de partage, de soin pour nos proches et toutes les personnes que nous savons en souffrance, dans la solitude, dans l’angoisse et la peur. A chacune et chacun nous annonçons la bonne nouvelle de la lumière qui, nous le croyons, jaillira des ténèbres.

 

Proposition musicale

Psaume 22 : https://www.youtube.com/watch?v=B6fPrvfRgTU

(Didier Rimaud / Jacques Berthier / Studio SM)

Il est l’agneau et le pasteur,
Il est le roi, le serviteur !

  1. Le Seigneur est mon berger :
    Je ne manque de rien.
    Sur des prés d’herbe fraîche,
    Il me fait reposer.

  2. Il me mène vers les eaux tranquilles
    Et me fait revivre ;
    Il me conduit par le juste chemin
    Pour l’honneur de son nom.
  1. Si je traverse les ravins de la mort,
    Je ne crains aucun mal,
    Car tu es avec moi :
    Ton bâton me guide et me rassure.
  1. Tu prépares la table pour moi
    Devant mes ennemis ;
    Tu répands le parfum sur ma tête,
    Ma coupe est débordante.
  1. Grâce et bonheur m’accompagnent
    Tous les jours de ma vie ;
    J’habiterai la maison du Seigneur
    Pour la durée de mes jours.

Prière Père de Foucault

Mon Père,

Je m’abandonne à toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté
se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père.


X