Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 26 mars

Services diocésains


Pour lire l’Évangile du 26 mars cliquer ici

Commentaire proposé par le père Bernard Lochet

Soyez dans la joie vous qui cherchez Dieu.
(Ps 104,3-4)

Une information est bonne si elle est vérifiée. Une bonne nouvelle gagne en qualité si elle émane d’une source sûre, de confiance ou au moins qui nous inspire de progresser. Ainsi en va-t-il pour Jésus attesté par Jean-Baptiste qui est un prophète écouté et même le plus grand d’entre eux. C’est donc de source autorisée et reconnue que Jésus est désigné comme Messie, Sauveur.

Celui qui affirme être Sauveur lui-même est, en revanche, difficilement crédible, car nous avons besoin de témoins qualifiés. Pourtant Jésus vient nous dire qu’il est le plus indiqué pour nous dire qui il est, ce qui va à l’encontre de toutes les règles du témoignage, ou pire : cela n’est que flagornerie.

Hier soir les cloches ont sonné et certain d’entre nous ont mis des lumières aux fenêtres. Au nom de quoi ? Au nom de leur foi, de leur appartenance à une communauté nationale et religieuse. Mais ceux qui ne croient pas où d’une autre religion sont-ils exclus ? Non, seulement c’est à cause du Christ que nous l’avons fait, pour rendre visible l’invisible. Le sens de cet acte était de faire entendre et voir autre chose. Les cloches sont justement sonnantes pour nous rendre attentif aux choses de Dieu. On ne les voit pas, pourtant par le tintement de nos clochers nous entendons ce qui est tu d’habitude. C’est aussi une manière d’être uni dans la même nation comme membre d’une communauté de destin.

La preuve de l’action de Dieu dans nos actes est toujours difficile. Une grande œuvre n’est pas, en elle-même, signe de Dieu. Tout comme une réussite extérieurement évidente, n’est pas en elle-même signe de l’action du Seigneur.

Comment reconnaître alors l’action de Dieu, justement par sa gloire, mais comment se manifeste-t-elle ? L’action de Dieu est discrète dans son apparence et intense dans son action, elle nous transforme de l’intérieur. Cette transformation est celle de nos Carêmes et des temps particuliers, comme actuellement, où l’on peut retrouver le sens de Dieu en ayant plus de temps pour nous tourner vers lui.

La Croix de Jésus n’est pas un signe extérieur de réussite, pourtant elle marque le triomphe du Seigneur. Cette gloire nous ne pouvons : ni nous la passer, ni la transmettre ; elle nous est donnée par le Seigneur qui vient. C’est la difficulté avec le Christ il est à la fois la source et le but. Il nous lance et nous accueille.

Comment alors ne pas nous tromper et reconnaître son action de manière certaine ?

Nous qui cherchons Dieu nous le trouvons dans sa Parole, dans la communauté et dans les Sacrements, dont nous sommes privés actuellement. Privé des Sacrements et de la Communauté qui les célèbrent, ne cherchons pas trop vite à les « remplacer », essayons de faire de ce jeûne sacramentaire qui nous prive de la Messe une chance de trouver d’autres manières de rencontrer le Seigneur. Mais au bout du compte c’est surtout la joie et la paix qu’il nous donne qui attestent le mieux de son action. 

Nous placer sous le patronage de vieilles lunes, de personnes patentées et expertes ne remplacera jamais le sceau de Dieu. C’est donc dans la foi que nous trouvons l’authenticité de nos actions, sont-elles conformes aux Paroles du Seigneur et peuvent-elles être bénies par lui ? L’invocation de Moïse par les contradicteurs de Jésus est ici dépassée et nous pose la question de nos propres invocations et de nos interlocuteurs dans la prière : sont-ils fiables ? Plus que toutes les pratiques et intermédiaires ne faut-il pas s’adresser au Seigneur ? 

En ces moments difficiles, nous pouvons  courir le risque de chercher des solutions trop rapides, certes il est bon de libérer l’imagination pour aller au Seigneur et nous laisser trouver par Lui. Soyons sûr du Christ et écoutons-le, lui seul est le chemin, la vérité et la vie.

 

Proposition musicale

Venez au jour : https://www.youtube.com/watch?v=K7llNo-86qw

(Texte : Patrice de la Tour du Pin / Musique : Marcel Godard / Jubilus Voix nouvelles Éditions)

 Venez au jour !
Le Christ prépare son retour !
Le Christ prévient l’ère nuptiale !
Passent les temps ! Passe la chair !
L’Esprit de Dieu souffle au désert,
Annonçant l’aurore pascale !

Dépouillez-vous !
Quand vous mourrez, vous perdrez tout !
Suivez votre exode à l’avance !
Tombe la mort ! Tombe le soir !
N’attendez pas qu’il soit trop tard
Pour que Dieu vous donne naissance !

Ne craignez pas
De vous défaire, il recréera
Ce que vous cédez de vous-mêmes ;
Fermez les yeux ! Baissez vos fronts !
Venez mendier sa création
Au fond des ténèbres humaines !

Ne glissez plus
Sur votre pente à l’inconnu
Car ici commence un autre âge ;
Retournez-vous ! Apprenez Dieu !
Il a promis son règne à ceux
Qui emprunteront ses passages !

Le jour viendra
Où le désert refleurira
Et l’ombre rendra la lumière !
Traversez-les, dès maintenant
Allez chercher au testament
Ce qui n’est pas né de la terre !


X