Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 1er avril

Commentaire évangile


Lire l’Évangile en cliquant ici

Commentaire proposé par Fr Jean-Etienne Long, dominicain

Les juifs se réclament d’Abraham, et se servent de cet héritage pour rejeter Jésus. Nous pouvons avoir l’impression que cela ne nous concerne vraiment plus du tout. Qui d’entre nous se réfère encore à Abraham ? qui d’entre nous rejette Jésus ? alors, à quoi nous sert cet évangile ? ils n’auraient pas pu en choisir un autre ? 

Réfléchissons plutôt à la question de fond, actuelle pour nous : quel est notre rapport à la vérité ? si nous ne la désirons pas, ne serons-nous pas tôt ou tard esclaves du péché ? comment la chercher pour être vraiment libres ?

Ce que Jésus vise ici, c’est la fierté d’appartenir au peuple élu, d’être descendant d’Abraham, et par là, cette certitude de posséder la vérité, et de faire de cette vérité un moyen d’accuser et de condamner les autres, sans se remettre en question.

Mais la vérité ne s’assène pas, et ne s’impose pas par la violence : ni par la violence physique des tyrans, ni par la violence psychologique des manipulateurs qui appellent consentement ou adhésion ce qui n’est que soumission de leurs partenaires épuisés de tant d’obstination. Ils sont vaincus plutôt que convaincus. Ils ne sont pas libres.  Leur désir est de vaincre, plus que de convaincre.

N’érigeons donc aucune forme d’héritage en absolu : notre parenté, notre appartenance au peuple élu ou à l’Église, notre savoir, notre expertise, rien de tout cela ne nous donne raison. Que le Christ nous aide à chercher la vérité dans une écoute profonde du cœur, dans un dialogue respectueux et bienveillant. C’est la vérité cherchée ensemble qui ouvre nos cœurs à l’amour fraternel et fait de nous des hommes libres, enfants d’un même Père.

Temps musical

Cantique de Daniel : https://www.youtube.com/watch?v=E6YGQiMe5Co
(Texte : AELF / Musique : André Gouzes / ADF Musique)

Prière

Prière pour demander la Sagesse  

« Dieu de mes pères et Seigneur de miséricorde, par ta parole tu fis l’univers,
2 Tu formas l’homme par ta Sagesse pour qu’il soit maître de tes créatures,
3 qu’il gouverne le monde avec justice et sainteté, qu’il rende, avec droiture, ses jugements.
4 Donne-moi la Sagesse, assise auprès de toi ; ne me retranche pas du nombre de tes enfants :
5 je suis ton serviteur, le fils de ta servante, + un homme frêle et qui dure peu, trop faible pour comprendre les préceptes et les lois.
9 Or la Sagesse est avec toi, elle qui sait tes œuvres ; elle était là quand tu fis l’univers ; elle connaît ce qui plaît à tes yeux, ce qui est conforme à tes décrets.
10 Des cieux très saints, daigne l’envoyer, fais-la descendre du trône de ta gloire. Qu’elle travaille à mes côtés et m’apprenne ce qui te plaît.
11 Car elle sait tout, comprend tout, guidera mes actes avec prudence, me gardera par sa gloire.
12 Alors mes œuvres te seront agréables. (…) (Sg 9,1-5 ; 9-12a).


X