Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf
Le Denier

Commentaire d’évangile du 10 avril 2020

Commentaire évangile


Commentaire proposé par P. Pascal Girard

Lire l’évangile en ligne en cliquant ici

L’Évangéliste Jean nous propose un récit de la Passion assez différent des autres Évangélistes …

L’image de Jésus que l’on retrouve dans la Passion est déjà annoncée dans tout son Évangile !

Tout d’abord dans la première partie de son Évangile, que l’on appelle le Livre des Signes …

– Jean-Baptiste évoque Jésus comme l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde : évocation du sacrifice de l’Agneau Pascal …

– Jésus lui même se compare au grain de blé qui doit mourir en terre pour pouvoir porter beaucoup de fruits …

– Il évoque aussi l’image du Temple : détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai …

– Et dans son discours sur le Pain de vie, il fait une part à l’eucharistie et par la chair et le sang ouvre une porte sur la Passion …

Mais c’est surtout dans sa deuxième partie : le Livre de la Gloire, que Jean précise sa pensée …

C’est dans la mort que la gloire de Jésus est pleinement manifestée ! Sans rien cacher de la cruelle réalité, Jean montre Jésus se comportant en Maître ! Jésus ne subit pas sa Passion mais l’assume dans un acte d’obéissance à son Père. Jésus « organise » lui-même sa Passion …

– Il donne ordre à Judas d’accomplir sa sinistre besogne …

– Il s’offre à l’arrestation au moment qu’il juge opportun : non sans avoir manifesté qu’il est Dieu !

– Il est audacieux devant le grand prêtre, il a le dernier mot …

– Il tient tête à Pilate, le représentant de l’Empire, il mènerait même l’entretien …

– Jésus se charge de la croix …

Dans ce récit de la passion, l’Évangéliste Jean nous pose sans cesse cette question : Mais qui est Jésus ?

L’Apôtre nous propose un récit à contempler comme une série d’icônes qui nous révèle la lumière et la splendeur du Fils de Dieu.

Jésus est Dieu … quand les juifs viennent arrêter Jésus le Nazaréen, Jésus répond : JE SUIS ! Il se révèle comme Dieu, et ils en tombent à la renverse, comme des croyants se prosternant devant le Seigneur …

Jésus est Dieu … il n’y a pas de témoins humains contre lui, qui en effet peut le juger, le sanhédrin n’est pas évoqué, le peuple élu non plus, c’est face au monde et à l’empire romain que le procès se déroule avec le témoignage unique du Père et cela suffit …

Jésus est Dieu … la sentence est rédigée en trois langues comme pour attirer tous les hommes à la croix …

Jésus est Dieu … c’est un romain qui devient prophète par ses paroles : alors tu es roi ? Voici l’homme ! Voici votre roi ! … mais aussi par ses actes : l’écriteau qu’il fait rédiger : Jésus le Nazaréen, roi des juifs ! Et en persistant dans son affirmation : Ce que j’ai écris, je l’ai écrit !

Jésus est Dieu … face aux reniements de Pierre qui une fois revenu deviendra le chef de l’Église, face aux affirmations païennes des juifs qui pêchent en condamnant à mort Jésus, qui blasphèment en adorant l’empereur comme leur roi … on trouve des croyants restant présents dans la discrétion : Jean, Marie, sa sœur, Marie-Madeleine, Joseph, Nicodème …

Jésus est Dieu … c’est le jour de la Pâque juive que Dieu se donne à nous, que l’agneau est immolé, c’est l’ère de la communion et du partage de la vie en Dieu qui est inaugurée … 

Jésus est Dieu … de son côté coule du sang et de l’eau … l’écriture nous l’avait annoncé : de son cœur couleront des sources d’eau vive … Dans sa mort Jésus annonce sa glorification et l’esprit est donné aux croyants par ces deux sacrements que sont le baptême et l’eucharistie …

Entrons dans le silence du Vendredi Saint et reconnaissons Jésus comme notre roi et notre Dieu !

 

Temps musical

Erbarm dich – Passion selon Saint Matthieu – Bach

https://www.youtube.com/watch?v=Jeil9S2exIU

 

Arbre de la mort
https://www.youtube.com/watch?v=wVfTWOckAho

Cote HX48-96 – Nouvelle coteEditeur JUBILUS-VOIX NOUVELLES EDITIONS
Auteur(s) Frère DAVID (EN CALCAT) – Compositeur(s) ROBERT PH.

ÉLEVÉ DE TERRE, LE FILS DE L’HOMME EST GLORIFIÉ.
SUR LA CROIX TÉNÈBRE ET LUMIÈRE, NOUS ATTIRE 

ARBRE DE LA MORT DE MON SEIGNEUR
ARBRE DE LA VIE, Ô CROIX, ÉLÈVE L’HOMME JUSQU’À TOI.
 

  1. Ô Croix unique parmi les arbres du jardin
    A ton ombre désirée je suis revue m’asseoir ! (Refrain)
  1. Ô Croix comme un arbre planté au bord des eaux
    D’âge en âge, tu donnes ton fruit ! (Refrain)
  1. Ô Croix, comme un bois sans valeur au milieu du naufrage,
    Tu mèneras au port l’espoir de l’univers. (Refrain)

 

Impropères (Markus Wittal) :
https://www.youtube.com/watch?v=sWN6YqTsrQ0

Cote HP60-44-4 – Nouvelle coteEditeur EDITIONS DE L’EMMANUEL
Auteur(s) AELF – Compositeur(s) COMMUNAUTÉ DE L’EMMANUEL

 

Mon peuple, que t’ai fait ? En quoi t’ai-je offensé ? Réponds-moi !

Ô Dieu saint, ô Dieu saint, fort, ô Dieu saint, Dieu fort, immortel, prends pitié de nous. 

  1. Mon peuple que t’ai-je fait, en quoi t’ai-je offensé ?
    De l’esclavage d’Egypte moi je t’ai tiré,
    mais toi tu prépares une croix pour ton Rédempteur.
  1. Quarante ans je t’ai conduit à travers le désert,
    je t’ai nourri de la manne, et je t’ai fait entrer dans la Terre Promise,
    mais toi, tu prépares une croix pour ton Rédempteur.
  1. Qu’aurais-je dû faire pour toi que je n’ai fait ?
    Je t’ai planté moi-même comme une vigne choisie, mais toi, tu m’as nourri d’amertume.
    J’avais soif, tu m’as abreuvé de vinaigre et d’une lance tu as percé le cœur de ton Sauveur.
  1. Pour toi j’ai frappé l’Egypte,
    mais toi, tu m’as flagellé et tu m’as livré à la mort.
    Je t’ai fait sortir d’Egypte, j’ai englouti Pharaon,
    mais toi, tu m’as livré aux grands prêtres.
  1. Je t’ai ouvert un passage dans la mer,
    mais toi tu m’as ouvert le côté avec une lance.
    J’ai marché devant toi dans une colonne de nuée,
    mais toi, tu m’as conduit devant Pilate.
  1. Quand tu étais dans le désert, je t’ai nourri de la manne,
    mais toi, tu m’as frappé au visage et flagellé.
    J’ai fait jaillir l’eau du rocher et je t’ai sauvé,
    mais toi, tu m’abreuves de fiel et de vinaigre.
  1. Moi, pour toi j’ai frappé les Rois de Canaan,
    mais toi, tu m’as frappé d’un roseau.
    Moi, par ma toute puissance, je t’ai élevé exalté,
    mai toi, tu m’as élevé et cloué sur le bois de la Croix.

 

 


X