Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf

Toussaint : bonne fête à tous ! Le sens de la Toussaint


celebrer le dimanche et les temps forts toussaint petite image
 

Le 1er novembre, les catholiques du monde entier fêtent tous les saints. Avec Noël, Pâques, l’Ascension, la Pentecôte et l’Assomption, la Toussaint fait partie des principales fêtes du calendrier liturgique chrétien.
Associée au souvenir des morts, elle est en réalité une fête joyeuse qui rappelle toute l’espérance chrétienne : parce que le Christ est ressuscité, nous sommes, nous aussi, promis à la résurrection. 

Le 1er novembre, les catholiques du monde entier fêtent tous les saints, connus et inconnus.
Les saints ne sont pas forcément des gens extraordinaires, hors du commun ! Ce sont tous ceux qui sont animés par l’Esprit du Christ ressuscité… Chaque 1er novembre, l’Eglise honore ainsi la foule de tous ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ, qui ont vécu dans la fidélité à l’Evangile et au service des hommes de leur temps.

La Toussaint, loin d’être une célébration triste, exprime la joicelebrer le dimanche et les temps forts toussainte et l’espérance chrétienne : elle rappelle aux croyants que chacun est personnellement appelé à la sainteté ; et que la mort, nécessaire, est possible à assumer puisqu’elle est un passage à la suite du Christ ressuscité, victorieux de la mort.

Elle atteste qu’à la fin de notre existence terrestre la vie n’est pas détruite, mais qu’elle est transformée.
Chaque personne est en effet appelée à ressusciter un jour avec le Christ et à être associée à sa résurrection et à son bonheur éternel.

Ainsi, la Toussaint est l’occasion de reprendre conscience du sens de la vie humaine : celle-ci s’achève ou s’accomplit dans la vie totale avec Dieu.

Voilà pourquoi l’Evangile proposé par l’Eglise lors de la messe de la Toussaint est ce magnifique passage des Béatitudes : « Heureux les cœurs purs, les miséricordieux, les artisans de paix… ».
L’évangile des Béatitudes (Matthieu 5, 1-12) nous indique la voie qui conduit au bonheur du Royaume des cieux. Jésus propose le chemin pour la sainteté et le bonheur, que chacun peut emprunter à sa suite : la confiance absolue en Dieu, l’accueil de sa Parole, la pureté du coeur, la recherche de la justice et de la paix, le pardon…
Ce chemin n’est pas réservé à une élite : il est proposé à tous ceux qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ.

La première lecture de cette messe du 1er novembre est la grande vision de l’Apocalypse (Apocalypse 7, 2-14), qui décrit la foule immense de tous ceux qui ont suivi le Christ et qui sont passés par « la grande épreuve »… Une foule de toutes nations en vêtements blancs avec des palmes à la main.

Fête qui exprime la joie d’être tous promis à la résurrection, la Toussaint illumine la journée du 2 novembre, jour où l’on se souvient et prie plus spécialement pour tous ceux qui sont défunts. Il y a, dans le Christ, un lien mutuel et une solidarité entre les vivants et les morts.

celebrer-le-dimanche-et-les-temps-forts-toussaint-3

La Toussaint : un peu d’histoire

La fête de la Toussaint ne tire pas son origine des textes bibliques, comme la plupart des grandes fêtes liturgiques que sont Noël, Pâques, ou la Pentecôte… Elle a été instituée par l’Église pour répondre en particulier aux persécutions : après celles-ci, l’Eglise a voulu célébrer une fête de tous les martyrs, qui s’est élargie plus tard à tous les saints.

Les chrétiens ont prié pour leurs défunts depuis les origines. Mais la fête de la Toussaint n’a pas toujours été célébrée le 1er novembre ! Longtemps, elle a été célébrée aux alentours des fêtes de Pâques ou de Pentecôte. C’est d’ailleurs toujours le cas en Orient, où elle reste célébrée le dimanche qui suit la Pentecôte.

Ce lien avec Pâques et Pentecôte donne le sens originel de la Toussaint : la fête de la victoire du Christ dans la vie des hommes et des femmes de tous les temps !

En 610, voulant honorer la foule des martyrs dont il avait déplacé les corps des catacombes romaines vers le temple qui sera ensuite transformé en église, le pape Boniface IV déplaça cette fête au jour anniversaire de la dédicace de ce temple, le 13 mai…

Puis, au 8ème siècle, elle fut, semble-t-il, transférée définitivement au 1er novembre par le pape Grégoire III, qui dédicaça une chapelle de la basilique Saint-Pierre en l’honneur de tous les saints, en ce 1er jour de novembre.

En 835, Grégoire IV ordonne que la Toussaint soit célébrée dans le monde entier.

Et c’est au 20ème siècle seulement que Pie X insère cette fête de la Toussaint dans la liste des huit fêtes avec obligation de célébrer la messe…

X