Facebook
Agenda
Web-TV
Rcf

Le sens du sacrement de la confirmation : quelques repères proposés par l’équipe Pentecôte 2010


notre eglise le sens du sacrement de la confirmationPourquoi la confirmation ? Quel est le sens de ce sacrement ?… Dans le cadre de l’Année de l’Esprit, l’équipe Pentecôte 2010 propose quelques repères sur la signification de ce sacrement qui « confirme dans la foi du baptême »…

 

Chacun est invité à demander ou non d’être confirmé… dans l’ESPRIT
Dans notre chemin de foi, il est souvent question de notre vie, de notre famille ou nos amis, de Dieu, de Jésus, de l’Eglise… Mais pourquoi cette discrétion à propos de l’Esprit ?
Tout simplement parce que l’une des caractéristiques majeures de l’Esprit est d’être plutôt silencieux et discret, insaisissable… comme le souffle du vent. Cela ne veut pas dire qu’Il soit secondaire ou inactif, loin de là ! Il pénètre et fortifie… Il n’est pas extérieur à l’Eglise, il est Celui qui la fait vivre de l’intérieur.

 

 

Être confirmé dans la foi de son baptême…
Le baptême, premier sacrement, nous plonge une fois pour toutes dans la mort du Christ pour nous faire participer à sa Résurrection : il est le sacrement de la vie nouvelle, de la nouvelle naissance. La confirmation vient renouveler le don de l’Esprit reçu au baptême et invite à prendre pleinement sa place dans l’Eglise missionnaire.
Demander d’accueillir le sacrement de confirmation signifie que l’on accepte de se laisser entraîner par l’Esprit qui souffle où il veut. Il faudra annoncer le Seigneur et sortir de l’ombre pour rayonner comme une lumière « qui brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Matthieu 5,15).

 

 

N’avons-nous pas déjà reçu l’Esprit Saint au baptême ?
Dès son baptême, le chrétien reçoit l’Esprit Saint qui est à l’origine de sa vie nouvelle, mais il y a une progression dans la manifestation de Dieu et dans la communication de son Esprit. Jésus est né de l’Esprit ; dès le premier instant de sa vie, il a été guidé par lui ; mais, au seuil de sa vie publique, l’Esprit Saint est descendu sur lui pour le renouveler dans sa mission.
L’Eglise est née de l’Esprit que Jésus lui a communiqué par sa mort et sa résurrection pour en faire un peuple nouveau. Dès le soir de Pâques, les apôtres en furent remplis (Jn 20, 22), mais au matin de la Pentecôte, l’Esprit les anima du courage et du dynamisme missionnaire pour porter leur témoignage de foi par toute la terre et pour tous les temps.
Ainsi peut-on dire que si la Pâque du Seigneur est en quelque sorte le baptême de l’Eglise, la Pentecôte en est la confirmation. La Pâque du chrétien est son baptême et la confirmation renouvelle en lui, par le ministère de l’évêque, le don de la Pentecôte.

 

 

Comment comprendre la confirmation dans le cheminement du chrétien ?
Au cours des premiers siècles de l’Eglise, la confirmation suivait immédiatement le baptême ; elle confirmait l’insertion du chrétien dans la communauté ecclésiale et elle l ‘invitait à l’Eucharistie. Cet ordre de célébration de ces trois sacrements demeure encore tel quel dans la tradition de l’Eglise d’Orient.
Au cours de l’histoire et selon les régions, cet ordre a connu des variations. En Occident, le baptême donné par le prêtre ou le diacre, et la confirmation, réservée à l’évêque (ou à un prêtre spécialement délégué par lui), ont été progressivement dissociés dans le temps, pour des raisons pédagogiques. Ils n’en restent pas moins liés par leur signification. C’est pourquoi, au début de la célébration, l’évêque invite les confirmands à renouveler les promesses de leur baptême ; et l’eucharistie, au cours de laquelle la confirmation est célébrée, souligne l’unité des trois sacrements de l’initiation.
L’initiation chrétienne suppose donc une préparation à accueillir ces trois sacrements qui forment une unité et marquent, ensemble, l’entrée dans la vie chrétienne.

 

 

Être confirmé dans le peuple de Dieu
Durant leur cheminement, les confirmands accompagnés par la communauté, en équipe ou avec leur accompagnateur, apprennent à vivre en Eglise.
Lors de leur profession de foi, ils prennent à leur compte la foi de l’Eglise dans laquelle ils ont été baptisés et que leurs parents et/ou la communauté leur ont transmise.
Ils sont une nouvelle fois assistés de leur parrain ou de leur marraine.
Ils sont entourés de toute la communauté des croyants, convoquée pour cet événement éminemment ecclésial.

 

 

Nous sommes marqués par la fidélité de Dieu !
Comme le baptême et le sacrement de l’ordre, la confirmation est un rite de consécration qui nous associe à la mission du Christ : pour pouvoir l’accomplir, Dieu donne une force permanente car il n’appelle personne à son service pour l’abandonner ensuite. C’est pourquoi l’Eglise dit que ces sacrements laissent une marque indélébile. Ils ne sont reçus qu’une seule fois.
« Il est fidèle, le Dieu qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils… » (1 Co 1, 9).
« Si nous sommes infidèles, lui reste fidèle, car il ne peut se renier lui-même » (2 Tm 2, 13).

 

 

Quelle mission le confirmé reçoit-il ?
Un jour où Jésus entrait dans la synagogue de Nazareth, il fit la lecture qu’on lui présenta. Dans la prophétie d’Isaïe, il reconnut et annonça sa mission, qui est désormais aussi la nôtre : « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur » (Lc 4, 18-19).
Le confirmé est désormais membre à part entière du Peuple de Dieu. Il reçoit cette responsabilité commune à tous les membres de l’Eglise. Animé par l’Esprit le baptisé-confirmé est invité à faire de sa vie un témoignage de la Bonne Nouvelle dans toutes les dimensions de son existence personnelle et sociale. Membres du Peuple de Dieu, tous les baptisés sont invités à prendre une part active à la mission de toute l’Eglise.

Les dons de l’Esprit (cf Is 11,2 et 1 Co 12) soulignent l’horizon dans lequel il nous est donné désormais de déployer notre existence. Paul dans la lettre aux Galates en parle comme d’un unique don : « Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi… » (Gal 5,22).

« L’Esprit Saint met en forme notre vie comme vie ecclésiale pour être serviteur du projet de Dieu. Nos contemporains aiment la vie, mais ils ne sont pas toujours fiers de ce qu’ils vivent, ils ne pensent pas que Dieu peut parler à ce qu’ils vivent. » (Jean-Louis Souletie)

L’équipe de Pentecôte 2010
19/09/2009

 

Liens utiles
> Notre Église, Texte sens de la confirmation Pentecôte 2010

 

X